Dernières nouvelles des oiseaux, Erik Orsenna

J’ai acheté ce livre lors d’une soirée-rencontre où l’auteur parlait de son dernier livre, L’avenir de l’eau. Ayant lu, et apprécié, “La grammaire est une chanson douce” ainsi que “Les chevaliers du subjonctif”, je me suis procurée sans hésiter “Dernières nouvelles des oiseaux”, persuadée que ce titre faisait partie de la thématique de la grammaire.

Certes, vous me demanderez : qu’est ce que les oiseaux ont à faire avec la langue française ? Eh bien je ne sais pas mais après tout, pourquoi pas ?

Bon, finalement il s’avère que je m’étais trompée et que ces oiseaux là n’ont rien à voir avec la grammaire ! Sept enfants vont être choisis par le président pour un projet dément. Ces sept enfants sont tous des passionnés, l’un ne pense qu’aux escaliers, l’autre se passionne pour les ailes, un troisième est l’as du déménagement…

Ces sept enfants vont se retrouver sur une île avec Sir Alex, ancien entraîneur de football anglais et la directrice, Mme McLennan, une femme dont les vêtements aux couleurs chatoyantes laissent penser qu’elle n’a pas beaucoup grandi.

Et on se retrouve à lire un conte, a priori plutôt chouette, sur la différence des uns et des autres, la solitude des ces enfants, la connaissance des autres et la solidarité de tout un chacun. La preuve est que tout le monde parle une langue différente mais le jour où ils doivent se serrer les coudes pour régler un problème, tout le monde se comprend !

Et je crois que c’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à fortement m’ennuyer, dans un roman de 150 pages écrit gros avec beaucoup d’illustrations.

Oui, je l’avoue. Je n’ai pas du tout aimé ce roman, qu’on devrait d’ailleurs aussi classer en jeunesse (ce qui n’est pas du tout le cas). Qu’on devrait peut être d’ailleurs classer en jeunesse uniquement car si je m’y suis fortement ennuyée, le message qu’a voulu faire passer l’auteur est clair, et dédié, à mon avis, aux jeunes de 7 à 17 ans ! (histoire de ne pas dire 77 bien sûr, puisque ça serait complètement illogique par rapport à ce que je suis en train de dire!!)

Sa thématique de la grammaire était amusante, intéressante, originale… dédiée aux grands et aux moins grands, aux passionnés de la langue ou bien à ceux qui voulait simplement en savoir un peu plus. Mais “Dernières nouvelles des oiseaux” est une espèce de roman bâtard, de fable à laquelle je n’ai pas du tout accrochée !

Les avis, plus enthousiaste de Laurence du Biblioblog ; de Karine (8/10!!) ; et de Virgine Chrestomanci, qui se rapproche plus du mien

Published in: on 06/01/2010 at 6:39 AM  Comments (6)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/01/06/dernieres-nouvelles-des-oiseaux-erik-orsenna/trackback/

RSS feed for comments on this post.

6 CommentsLeave a comment

  1. Ah oui j’avais vraiment beaucoup aimé… mais j’étais certaine que c’était un livre jeunesse!! Mais j’avais trouvé ça cute cute!

    • Oui, on n’a pas du le lire dans le même état d’esprit!

  2. J’avais hésité lors de la sortie de celui ci. J’avais vraiment adoré “La grammaire…”

    • Moi aussi j’avais beaucoup aimé la grammaire est une chanson douce…

  3. Je suis du même avis que toi !
    Autant j’avais vraiment beaucoup aimé le premier de la “série” La grammaire est une chanson douce, autant les autres sont à mon goût du surf sur la vague… dommage !

    • Ah, ça me rassure ! Merci🙂


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: