Infrarouge, Nancy Huston

Rena, photographe, a invité son père et sa belle-mère en Toscane pendant une semaine pour fêter les 70 ans de son père. Voyage difficile qui fera remonter toutes sortes de flash-back à Rena et son “double” Subra.

Souvenirs d’enfances avec son père et son frère, souvenirs difficiles, crus… Souvenirs d’adolescence où Rena voulait tout savoir du monde adulte. Souvenir d’expériences… Souvenirs avec les hommes, les hommes de couleur en général, souvenir avec ses différents maris… Souvenirs érotiques.

Il est très difficile, je trouve, de parler de ce roman. C’est un très beau roman mais c’est très… chaud, dans tous les sens du terme. Chaud parce qu’érotique, chaud parce que ça se passe en octobre 2005 et que pendant que Rena survit avec sa belle-mère, les banlieues parisiennes sont à feu, chaud parce que quelque chose, le style je crois, fait que ça reste assez doux…

Bref. Je ne m’étalerai pas plus que ça car, comme je le disais juste au dessus, ce n’est pas facile d’en parler. Donc plutôt que de lire un billet trop long et sans intérêt, arrêtez vous ici et allez vite lire “Infrarouge” !

Le billet en 319 signes de Nordyak, l’article détaillé de Bruno Colombari, et l’abandon de Canelkili

Published in: on 22/05/2010 at 6:17 AM  Comments (9)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/05/22/infrarouge-nancy-huston/trackback/

RSS feed for comments on this post.

9 CommentsLeave a comment

  1. Bonjour, je rajoute ton billet en lien car ça m’ennuie de ne pas être positive sur un auteur que j’aime bcp habituellement !
    A bientôt !

  2. tiens tue me rappelle qu’il faut que je lise Lignes de faille, que j’ai dans ma pal depuis… pfff vaut mieux pas compter!!😉

    • ah Lignes de faille c’est excellent en effet. Vraiment…. il faut que tu le fasses très vite remonter tout en haut de ta PAL !!

  3. Lallisé, j’aime bien cette auteure

  4. Une auteur que j’aime beaucoup en général ; et puis là, comment résister à la couverture ???

    • oui, comme souvent chez Actes Sud, la couv est magnifique

  5. Un livre très fort et dérangeant en tout cas. Percutant, qui peut engendrer le rejet car il pousse chacun dans ses retranchements.

    • tu as tout à fait raison. Je pense que ça touche plus de personnes que d’autres par contre, question d’émotions, de vécu je pense.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: