Lectures de juin

Suis-je de retour ? Je ne sais pas. Les trois points d’interrogation du billet précédent se promènent toujours dans ma tête. Mais malgré tout j’ai beaucoup lu pendant ce mois de juin rempli de joies, de vacances, de Norvège… et de reprise (d’ailleurs Solène, pour l’instant je n’ai pas encore eu de perles à partager…)

Bref donc j’ai beaucoup lu et il y a deux/trois titres qui restent bien ancré en moi et dont j’ai envie de parler. Mais je n’ai pas envie de faire de l’ombre aux autres non plus.

Alors pour ce mois-ci, et peut être pour les mois suivants mais rien n’est moins sûre, je vais me contenter d’un billet mensuel, copyright de chez Laëtitia.

Dans l’ordre chronologique ou dans l’ordre de préférence ? Croissant ou décroissant ? Allez, on va changer un peu et vous présenter dans l’ordre préférence, en gardant le meilleur pour la fin évidemment !

Hiver arctique, Arnaladur Indridason.

Ravie de retrouver Erlendur et ses coéquipiers j’ai été très déçue par cet opus maussade, gris et malheureusement très (trop?) réaliste. Sujet qui a le mérite d’être très intéressant et actuel sur les immigrés, leur insertion, sur le racisme ainsi que sur la bêtise de la jeunesse (ou quelque chose dans le genre)

La douleur, Marguertie Duras.

Plusieurs textes composent “La douleur”. Le récit qui donne son nom au recueil m’a beaucoup plu. Une femme raconte l’attente de son mari qui a été envoyé en camp de concentration. Il y a pour moi une vraie force d’écrire et beaucoup d’émotions. Par contre j’ai beaucoup moins aimé les autres textes, très factuels sur la résistance et la seconde guerre. D’ailleurs je crois bien ne pas avoir lu le dernier récit !

L’affaire de Road Hill House, Kate Summerscale.

Je me souviens avoir entendu beaucoup de bien de ce roman qui n’est pas un roman, de ce documentaire qui nous raconte un vrai meurtre dans une maison anglaise au XIXè siècle, notamment chez Amanda. Et bien qu’il ne vienne qu’en 3è position (je vous rappelle que j’ai beaucoup lu quand même!), j’avoue honnêtement ne pas du tout avoir accroché à ce style évidemment pas du tout romancé. L’intrigue et le suspens tiennent en haleine mais c’est la seule raison pour laquelle je suis allée au bout !

Le tigre blanc, Aravind Adiga

Celui là aussi a fait coulé beaucoup d’encre (de mémoire chez Tamara) et j’attendais de le lire depuis longtemps n’ayant jusqu’alors jamais été déçue par les romans indiens (L’équilibre du monde de Mistry ainsi que L’histoire de mes assassins de Tejpal). Un homme envoie des lettres au premier Ministre chinois et lui raconte comment il est passé de chauffeur à un brillant entrepreneur (ou comment il est sorti du monde des Ténèbres). Les lettres sont prétextes à raconter sa vie, intéressante au demeurant et si différente de ce qu’on connaît dans notre monde occidental ! Cependant je n’ai pas lu ce livre au bon moment et je sais que je ne l’ai pas apprécié à sa juste valeur. Je lui reconnais d’indéniable qualité mais pas grand chose à voir par rapport à la claque que j’ai prise en lisant l’équilibre du monde.

Maudit soit le fleuve du temps, Per peterson (Gallimard, sortie prévu le 9 septembre, traduit du norvégien (évidemment))

Une femme apprend qu’elle a un cancer et décide de partir quelques jours dans son pays natal au Danemark. Elle embarque sur le ferry sans laisser le temps de dire ouf à ses maris ou ses enfants, adultes. L’un d’entre eux, le narrateur, décide de la rejoindre et le voilà lui aussi sur le ferry et dans la maison où il a passé toutes ses vacances enfants.

Le style m’a beaucoup fait penser à “Terre des mensonges” et en discutant avec quelqu’un ce soir, je me suis rendue compte que c’était assez typique des norvégiens : une véritable ambiance sans réelles actions. Car je n’ai absolument pas boudé ma lecture, j’ai vraiment pris plaisir à voyager dans la vie de cet homme et un peu dans celle de sa mère mais j’ai été déçue de voir qu’aucune grande révélation n’arrive sur un plateau comme je m’y attendais. Je ne sais pas si je serai aussi enthousiaste (car oui je le suis pour l’instant) à sa sortie. Dans le doute, je vais dès à présent créer un billet pour le 9 septembre 2010 avec un lien vers le billet que je suis actuellement en train d’écrire et je pourrai alors faire un “update” (exercice qui risque d’être très sympa si je continue sur ma lancée (je m’apprête à lire beaucoup de livres de la rentrée!!)

Le livre sans nom.

Editions Sonatine, comme toujours, pas décevant. Un polar qui commence à tourner sur les blogs qui mérite son petit succès car franchement assez déluré. Une espèce de western contemporain fantastique qui pourrait être fourre-tout mais fonctionne à fond. Pour plus de détails je vous invite à lire le billet de Béné (je reviens doucement sur le blog, je ne vais pas me priver de ne pas faire de résumé si je peux faire un lien qui fera toujours plaisir à la personne linkée! :-))

Anges, Julie Grelley

Un premier roman que j’ai lu car l’auteure est venue à la librairie pour commander deux livres en rapport avec Le Havre. Nous avons discuté de tout et de rien, principalement du Havre et j’ai appris au fil de la conversation qu’elle avait écrit un roman chez Albin Michel. Après une chouette conversation je me suis penchée dessus et les 4 phrases de la 4è de couv sont très accrocheuses (ne me demandez pas je n’ai pas le livre à côté de moi…) Une femme, Colline, en liberté conditionnelle décide de tout faire pour avoir son ange à elle… Pour ça il lui faut purifier des jeunes garçons… C’est incroyable la force de ce roman ! Des phrase courtes, une narration très étrange parce que les sujets sont mélangés 3è pers et 1ère personne du singulier dans la même phrase (Ex (qui n’est pas une citation) : Colline se sent mal dans ma peau). C’est difficile de s’y habituer mais les phrases et chapitres très courts, l’action qui se déroule assez vite avec beaucoup de patience de la part de Colline, des flash backs du temps où Colline avait 14 ans, était mannequin en une de vogue, et la manière dont elle s’est enlaidie, jaunie les dents, dont elle a grossie, dont elle s’est mutilé le sein…. tout ça fait que ce premier roman est une véritable bombe. Qui peut ne pas plaire je le conçois tout à fait. Mais quand on aime être remué comme moi, “Anges” (dont le titre n’est pas forcément accrocheur et que j’aurai plus vu à la série noire que chez Albin Michel) est un premier roman excellent !!

Les déferlantes, Claudie Gallay.

Magnifique roman ! Un style superbe, des mots qui déferlent sur vous comme ces vagues à la fois douces et dures. Des personnages exquis et attachants, une histoire de famille, un secret de village… J’ai lu ce roman en pleine mer pendant la croisière, environnement complètement adapté… Je me suis laissée porter par les douces vagues des déférlantes… Je n’en dis pas beaucoup car c’est tout dans la plume de Claudie Gallay, c’est tout dans le ressenti, dans l’émotion, dans ce sublime roman à la fois triste et plein d’espoir…

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/06/29/lecture-de-juin/trackback/

RSS feed for comments on this post.

13 CommentsLeave a comment

  1. On s’adaptera à ton rythme et nous te lirons avec toujours autant de plaisir…

  2. au plaisir de te lire.. mensuellement donc!

    • oui, je crois que pour l’instant, ce rythme me convient (quoique j’ai beaucoup de mal à faire un compte rendu de Books!!!)

  3. Bon retour, à ton rythme…

  4. En fait, moi, ça m’arrange, vu que je n’arrive plus à trouver le temps de lire tous les billets de tout le monde !😉
    Dommage pour Hiver Arctique, que je n’ai pas encore lu… Je note les Déferlantes, je dois être la dernière de la blogosphère à ne pas l’avoir lu !

    • ah bah ça, ça me fait plaisir. Et à en croire ma page d’accueil d’administration, tu serais mon 1001è commentaire ici ! Bravo🙂

  5. Hihi, merci pour le copyright, ça m’a fait bien rire ! En tous cas, avec plus de 4 ans de vie bloggesque, je n’ai jamais regretté ce rythme😉 Même si mon audioblog m’occupe bien aussi ! Je viens d’ailleurs à l’instant de publier une nouvelle question du paneL “Si votre livre pouvait parler, il vous dirait…” si tu veux aller écouter, c’est par ici : http://audioblog.arteradio.com/Kleptosons

    • j’ai écouté l’autre jour pas mal de paneL, ça m’a bien plu !!! et pour l’instant, je pense que le mois de juillet verra également un billet pour les lectures du mois… on verra pour la suite !

  6. Bonjour,pourquoi pas un billet mensuel surtout en traitant plusieurs livres en même temps? En tout cas, Concernant Hiver arctique, je n’ai pas été déçue car justement le sujet est (malheureusement) très actuel. Et en Islande aussi, apparamment. L’affaire Road Hill House: vraiment très bien, j’en avais dit tout le bien que je pensais le 08/07/10. Ce récit romancé m’a vraiment beaucoup plu. Bonne après-midi.

  7. Per Petterson m’avait emballé avec Pas facile de voler des chevaux,moins avec Dans le sillage.A suivre pour moi…

  8. J’avais adoré le livre de Summerscale et pourtant, je ne suis pas du tout fan des documentaires mais là, je l’ai lu comme un roman😉 Mais il faut dire que j’adore la période décrite. Et je suis aussi bien tentée par Le livre sans nom !

    • Le livre sans nom n’a absolument rien à voir avec le livre de Summerscale !


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: