L’Italie si j’y suis, Philippe Fusaro

Sandro s’enfuit en Alfa roméo en Italie avec son fils, Marino, petit bonhomme adorable qui ne quitte jamais son costume de Youri Gagarine avec écrit CCCP en grosses lettres rouges sur son casque.

Voilà un bijou de la rentrée !

Un petit roman à l’écriture poétique, aux notes italiennes. Un roman sensible et touchant. Un Sandro perdu qui sait que l’Italie est une fuite parce que sa femme l’a quitté mais qui ne sait pas si c’est ce qu’il voulait aussi. Un Marino qu’on voudrait tous adopter, très mûr pour son âge, dont le meilleur ami est un cosmonaute russe avec qui il discute en pleine mer ou encore dans les toilettes de l’école…

C’est triste parce que Marino est un petit garçon seul qui comprend très bien ce qui se passe entre ses parents. C’est beau parce que Marino a vite compris, grâce à Youri Gagarine, qu’il faut savoir s’accepter, surmonter le regard des autres et vivre comme on l’entend.

C’est triste parce que Sandro part seul avec son fils et qu’on se demande s’il ne va pas leur arriver malheur à conduire de nuit. C’est beau parce que Sandro est un père attentionné et aimant, parce que Sandro est un homme charmant qui comprend que Marino a besoin de sa mère mais que lui même a besoin d’une autre femme, une femme aux allures italiennes !

C’est drôle parce qu’on danse avec Donna Summer, parce que les chaussures en cuir à bout pointu blanc et les chaussures vernis en crocodiles sont des personnages à part entière vivant respectivement aux pieds de Sandro et aux pieds de Dolores, c’est drôle parce que Marino est un petit garçon différent, plein d’amour et plein d’humour !

C’est beau. C’est touchant. C’est une écriture poétique. C’est tout plein d’Italie, de soleil, de mer, de lunettes noires, de tendresse et d’amore…

Un petit bijou donc.

De Philippe Fusaro j’avais déjà lu et plus qu’aimé Palermo Solo, lu et aimé également par Stephie.

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/08/25/litalie-si-jy-suis-philippe-fusaro/trackback/

RSS feed for comments on this post.

12 CommentsLeave a comment

  1. Repéré dans Télérama, et tu trouves que c’est un petit bijou… à ne pas perdre de vue, donc ! Par contre, je ne connaissais pas du tout l’auteur.

    • Il n’est pas très connu en effet, je crois que c’est vraiment un hasard d’avoir déjà lu un de ses romans !

  2. J’avais beaucoup aimé ses romans précédents, je lirai donc également celui-là

    • je n’en connaissais qu’un, Palermo Solo, il en a écrit beaucoup ?

  3. J’aime bpc comme tu en parles et si en plus c’est un petit bijoux, je note !

    • j’espère que tu vas aimer !

  4. je suis obligée de le lire maintenant!

  5. Ah ! C’est noté du coup😉

    • Je me le suis offert celui là alors je te le prête si tu veux !🙂

  6. […] parce qu’il a l’avantage d’être doux, simple, et poétique. J’en ai parlé ici et quelques semaines après, quand je pense à Sandro et Marino, j’ai encore envie de pleurer […]

  7. […] Là où les livres sont chez eux parle d’un bijou de la rentrée. […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: