Urkas ! Itinéraire d’un parfait bandit sibérien, Nicolaï Lilin

Quel titre n’est ce pas ! Et quelle magnifique couverture, et une quatrième de couverture qui vous oblige à ouvrir ce livre ! Car oui, en Transnistrie (en quoi ? si si, ça existe, ce roman est une autobiographie/documentaire et ça se passe donc en Transnistrie (celui qui connaissait (et qui peut me le prouver) aura le droit à un cadeau ! (ne m’en voulez pas si le cadeau arrive dans 6 mois hein, pour ceux qui connaissent et qui sont capables de me le prouver!))… bref j’ai perdu le fil des parenthèses alors je reprends ma phrase :

En Transnistrie donc, Nicolaï est un jeune garçon élevé dans la pure tradition des bandits sibériens. Nicolaï se voit offrir son premier couteau à 6 ans, vers ses 13 ans il sera condamné et sera heureux d’aller passer quelques temps en prison pour mineurs… Et Nicolaï, aujourd’hui émigré en Italie, nous raconte son enfance, ses souvenirs et par là-même toute la vie, les traditions de sa communauté.

Comme je vous le disais dans la parenthèse, ce “roman” (comme l’indique la couverture) est une autobiographie qui commence mal parce qu’elle commence par la fin. Et puis ça continue de manière assez sombre car les bandits sibériens ne sont pas des gentils quand ils sont offensés. Et il y a beaucoup de rites et de traditions à suivre pour ne pas offenser un Urkas. Mis à part ça, Nicolaï dépeint cette communauté comme étant hypra solidaire, comme respectant les autres, les femmes, les enfants, les handicapés. Les plus vieux sont les plus sages et toujours écouté. Ils s’entraident, se protègent, se respectent.

Nicolaï réussit à nous faire aimer la plupart des personnes qui apparaissent, et avec qui il ne s’est pas battu bien sûr. Nicolaï réussit à nous dégoûter avec les scènes en prison pour mineurs. Nicolaï réussit à nous faire croire qu’en Sibérie la vie est magnifique malgré le froid. Et il nous fait croire cela car lui même aime son peuple, son prochain, ses pères et ses frères.

Mais quelques phrases glanées par ci par là nous montre aussi un Nicolaï curieux, qui aime la lecture, un Nicolaï artiste puisqu’il apprendra le métier de tatoueur sibérien (les Urkas ont tous tatoué leur histoire sur leurs corps, l’œuvre du tatoueur est une véritable œuvre d’art). Au fur et à mesure que Nicolaï nous raconte sa vie, on se prend d’affection pour lui et on espère qu’il sortira de là, ce qu’il finira par faire en apprenant le yoga entre autres. Sauf que je vous ai dit que ça commençait mal parce que ça commençait par la fin.

En fait c’est difficile de parler de ce “roman” (je le mets tout le temps entre guillemets parce que pour moi ça relève plus du documentaire qu’autre chose, j’ai appris tout un tas de détails que j’oublierai sûrement très vite, mais la simple connaissance de ce type de mafia, de cette région qu’est la Transnistrie, le fait de savoir que tout ça existe fait que j’ai aimé ce “roman”)… donc encore une fois je me suis perdue avec ma parenthèse.

C’est donc difficile de parler de ce roman, justement pour toutes les raisons mentionnés dans la parenthèse : ce n’est pas mal écrit mais le style est très… froid, comme un documentaire donc. Beaucoup de faits, un peu de sentiments de l’auteur/narrateur mais c’est à force de le voir grandir qu’on apprend vraiment à connaître Nicolaï. J’ai aimé ce roman pour toutes les choses que j’y ai apprises, j’ai aimé Nicolaï parce qu’on sait avant même d’avoir lu la première ligne qu’il a voulu mieux, qu’il s’est dit qu’il y avait probablement mieux ailleurs puisqu’il a émigré en Italie et écrit ce roman, ce documentaire, ce témoignage.

Mais contrairement à ce que dit la 4è de couverture, je n’ai pas trouvé ça si haletant, sombre et violent. Certes c’est sombre parce que la violence est omniprésente dans cette communauté mais on se dit que si tout le monde respectait les règles de base de la communauté, personne ne ferait jamais de mal à personne (sauf aux flics et à l’Etat!) Ce n’est pas très haletant car le style de l’auteur est un peu froid, ce qui nous détache quand même pas mal de l’histoire (mais qui, étrangement, ne nous empêche pas de nous attacher à Nicolaï).

Bref, je crois que je vais m’arrêter car je me perds un peu et j’ai peur de vous perdre aussi. Je ne peux pas vous dire de le lire, je ne peux pas dire que c’est génial et qu’il faut le lire absolument. Mais pour toutes personnes dont la curiosité est titillée, je vous le conseille. En tout cas, j’en connais une qui va probablement le lire et aimer, même si je ne sais à qui d’autre ça peut plaire !

Retrouvez une interview de l’auteur et l’avis de Diddy sur le blog des chroniques de la rentrée littéraire,

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/08/30/urkas-itineraire-dun-parfait-bandit-siberien-nicolai-lilin/trackback/

RSS feed for comments on this post.

6 CommentsLeave a comment

  1. C’est sûr que je vais au moins tourner les premières pages!😉

    • à l’heure qu’il est, je suis sûre que tu en as lu plus que quelques pages🙂

  2. Je suis très intriguée ! LA couverture et cette histoire de tatoueur me plait ! Je note !

    • ce n’est pas vraiment une histoire de tatoueur… c’est l’histoire de ce jeune homme qui a vécu dans cette communauté et qui est spécialiste des tatouages sibériens… Cette partie est importante mais n’est pas le plus important dans le bouquin. Pour la couv, ça m’a attirée aussi !🙂

  3. Je partage votre avis, je l’ai lu récemment… et j’y ai appris énormément sur cette région de Moldavie, je ne savais même pas qu’elle existait, ni où cela se trouvais, encore moins qu’elle était peuplée de sibériens !

    bref, merci pour cet avis complet, j’espère que cela donnera envie à d’autres de le lire, il le mérite.

    • Oui, on apprend beaucoup de choses à la lecture de ce texte.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: