La carte et le territoire, Michel Houellebecq

Jed Martin est un artiste qui connaît un réel succès en prenant en photo des cartes Michelin. Il passera ensuite à la peinture et créera toute une série sur les métiers : “Aimée, escort girl” ou encore “Bill Gates et Steve Jobs s’entretenant du futur de l’informatique” se vendront à des prix exorbitants. Le dernier de cette série est consacré au métier d’écrivain et Jed Martin se concentrera sur l’écrivain qui rédige le catalogue de sa première exposition : Michel Houellebecq.

Jed Martin rencontre Olga, une très belle russe qui travaille au service communication de chez Michelin. Il croisera Jean-Pierre Pernault et Julien Lepers lors d’une soirée à la Saint-Sylvestre. Il appellera Fréderic Beigbeder à deux ou trois reprises. Il fera, bien sûr, la rencontre de Michel Houllebecq. Et dans la troisième partie du roman, partie très différente du reste du bouquin, il aidera le commissaire Jasselin à résoudre un meurtre.

Malgré le succès de l’artiste, malgré ces quelques rencontres, Jed Martin est quelqu’un de très solitaire : il voit son père une fois par an à Noël, il ne réussira pas à retenir Olga à qui la vie professionnelle ouvre des opportunités merveilleuse, il sent qu’il peut être “ami” avec Michel Houellebecq mais ne le verra pas plus de deux ou trois fois dans sa vie.

Je ne sais pas si je fais un bon résumé. Je vous avoue que je ne sais par quel bout prendre ce billet : l’écrivain est tellement médiatisé que je sais que certains ne l’aiment pas uniquement à cause de ça. On a lu des articles divers et variés dans à peu près tous les journaux, certains dithyrambique, d’autres assassins, entre autre parce que Houellebecq aurait plagié des pages wikipédia.

Au fond je devrais peut être me cantonner à mon simple ressenti et vous le livrer de but en blanc :

J’ai beaucoup aimé.

Je n’ai jamais été une inconditionnelle de l’auteur, je n’ai lu que “La possibilité d’une île” il y a quelques années que je n’ai pas aimé (en tout cas c’est le souvenir que j’en ai mais quand je relis le billet écrit à l’époque, je me rends compte que si, quand même, j’avais trouvé ça intéressant). J’ai un peu lu “La carte et le territoire” comme une véritable novice houellebecquienne, sans connaître son type de personnage, sans connaître vraiment son “style” (parce que oui, s’il y a un style très factuel et très froid qui donne l’impression de lire une encyclopédie, pour moi, ça reste un style!).

Et donc, j’ai beaucoup aimé !

J’ai lu une véritable peinture de notre société, à travers les œuvres de Jed Martin, des œuvres décrites de telle manière qu’on peut très aisément se les imaginer et mieux encore, qu’on a vraiment envie de voir ! Alors oui, c’est un peu triste ou pessimiste mais cette vision là, cette représentation que Michel Houellebecq fait de notre société me paraît juste.

En tout cas je l’ai trouvé très intéressante.

“La carte et le territoire” est à certains moments un vrai sujet de réflexion sur la société telle qu’elle est aujourd’hui et telle qu’elle peut le devenir. Il y a un peu d’espoir dans ce devenir, la France rurale devient hypra touristique, même si la fin est quand même assez noire. Et même si Jed Martin est tout le temps seul, il est heureux.

Encore une fois il me paraît difficile d’en parler sans me perdre. Je vous livre ici un avis peut être trop à chaud mais je crains, si j’attends trop longtemps, de me cantonner à quelque chose de trop succin.

Parce que, pour moi, il y a certains livres qui contiennent tellement de choses, certains par leur style, d’autres par leur histoire pleine d’émotions, d’autres encore parce qu’il y a un côté historique, un côté suspens, un côté ésotérique ou que sais-je encore, qu’en parler relève presque du défi : comment donner son avis en étant à la hauteur de ce qu’on vient de lire ?

Parce que oui, j’ai vraiment beaucoup aimé. J’ai aimé ce livre pour son fond, pas pour sa forme. A vrai dire je me suis à plusieurs reprises demandé quel était l’intérêt que Houellebecq devienne un personnage à part entière, est-ce de l’égocentrisme ? Est-ce une manière plus direct de dire ce qu’il à dire et ce qu’il constate de notre monde ? Et je me suis étonnée également du meurtre de la dernière partie : faut-il aujourd’hui un côté “polar” à tous les romans qu’on lit pour ce que ceux-ci se vendent ? Je n’en sais rien. Je crois que sans cette partie-là, le roman aurait été tout aussi bien.

Bref, je vais m’arrêter quand même parce que là, je tourne en rond.

Si vous voulez en savoir plus, il y a un article auquel j’adhère entièrement sur slate.fr. Ysppaddaden n’a pas aimé et si je suis d’accord avec le fait que la littérature a besoin d’émotion, je pense que dans ce cas précis, le manque d’émotion est un élément à part entière du roman (et je crois des romans en général de l’auteur mais ne les ayant pas tous lu, je m’abstiendrais de le dire!). Nordyak a fait un coup de coeur en 319 signes.

PS : je suis loin d’avoir lu tous les romans sélectionnés sur la première liste du Goncourt, (j’en ai lu deux en entier et deux abandonné en cours de route) mais de tous ceux que j’ai lu pour l’instant, et de mon tout avis de rien du tout, je trouve que si, “La carte et le territoire” le mérite.

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/09/11/la-carte-et-le-territoire-michel-houellebecq/trackback/

RSS feed for comments on this post.

24 CommentsLeave a comment

  1. Les avis sont partagés mais j’ai très envie de le lire. Houellebecq est un phénomène!

    • Pour moi c’est vraiment excellent…

  2. Je suis en plein dedans. Pas encore de recul pour un avis mais je garde le tien en réserve pour mettre en lien dans mon futur billet.

    • j’attends ton avis !

  3. Juste pour dire qu’on est tous à la hauteur de ce qu’on lit. Houellebecq est un être humain qui écrit pour d’autres êtres humains, à partir du moment où c’est publié, tout le monde peut s’en emparer et dire ce qu’il en pense avec ses propres mots. Et tant pis pour ceux qui ne trouve pas ça assez ceci ou trop cela. Pour ma part oui, j’ai trouvé cela très froid, mais je comprends qu’on puisse s’y retrouver.

  4. je l’ai vu hier en itw, et c’est la toute première fois que je ne l’ai pas trouvé (pardonne moi l’expression) chiant ou horripilant, voire incompréhensible. Alors, je ne sais pas si je lirai ce roman (ou d’autres de lui), mais ce que j’ai vu, et ce que je lis chez toi me dit qu’il faudrait peut-être que j’essaie, ne serait-ce que pour me faire ma propre idée.

  5. la polémique sur ses reprises mots à mots de wikipedia pour certaines de ses descriptions vont peut-être servir ses détracteurs pour qu’il loupe le Goncourt. En tous cas, il est le favoris de plusieurs journalistes.

    • c’est vrai que ça pourrait ne pas pencher en sa faveur ! Mais bon, tous les ans on fait des pronostics, et tous les ans, tout le monde ou presque se trompe !

  6. J’avais lu “Plateforme”… une chose est sûre, ses bouquins ne tirent pas l’humanité vers le haut ! Au delà de ses thématiques, je n’accroche pas non plus avec son style. L’éditeur a mis 180 000 exemplaires en place en librairie en France : un véritable rouleau compresseur pour les autres livres de la rentrée littéraire.

    • tu sais, certes, les ventes de Houellebecq sont plus qu’excellentes mais il faut faire confiance au libraire : chacun a ses coups de coeur et je crois que chaque libraire les défends et les mets en avant. Pour ma part, je vends beaucoup “L’Italie si j’y suis” de Philippe Fusaro dont j’ai parlé il y a quelques jours !

  7. […] le dernier Houellebecq m’a conforté dans l’idée que l’art, sous toutes ses formes, est quasiment […]

  8. Il aura le goncourt, c’est certain. Pour ma part, comme je n’ai quasi jamais aimé un goncourt, je passe😉

    • comment peux tu être aussi certaine qu’il aura le goncourt ?

  9. Apparemment, même ceux qui n’aiment pas l’auteur aiment ce livre. Je devrais le lire bientôt, on verra bien😉

    • j’attends de voir ton avis avec impatience !

  10. Depuis Curnonsky rien n’avait été écrit d’aussi bon sur la gastronomie.

  11. Je suis de ceux qui ne sont pas particulièrement attirés par Houellebecq du fait qu’il soit justement tellement médiatisé (alors que je n’ai jamais rien lu de lui). Mais j’avoue que le nombre impressionnant de critiques positives que j’entends ou lis de son dernier roman après que l’auteur ait fait tellement polémique titille vraiment ma curiosité… Je pense que je le lirai, ne serait-ce que pour découvrir cet auteur. Penses-tu que cela convienne pour une première lecture, ou vaut-il mieux être plus “armé” avant de s’y plonger?

    • Je ne suis pas une fan de Houellebecq, je n’ai pas lu tous ses livres… je ne sais pas si ce que je vais te répondre est juste ou pas mais je pense que oui, on peut lire “la carte et le territoire” sans être ‘armé’ comme tu dis. Surtout que, quand même, ce dernier opus est plus “sage” et que, si tu lis les précédents, tu risques de ne pas aimer à cause de ce côté cru (ou pas d’ailleurs!) et donc être rebuté… alors que “la carte et le territoire” n’a absolument pas ce côté là ! Et que je pense que c’est un roman à lire, c’est sûr.

      • Oui, c’est ce que je me disais en fait, mais j’avais peur de passer à côté de trop de choses si je n’avais pas eu une petite entrée en matière. Ce que tu me réponds me “rassure”… Merci pour ton avis! ^_^

  12. je suis une inconditionnelle de cet auteur et je pense que si tu ne l’as jamais lu, tu peux commencer par “extension du domaine de la lutte”, et te passer de “la possibilité d’une île”, le moins bon à mon humble avis

    • Eh bien je n’ai lu que la possibilité d’une île et la carte et le territoire. Je me réjouis vraiment du ce Goncourt ! Je lirai très certainement les autres de Houellebecq, un jour, dans ma vie…

  13. Devant un avis si positif, je vais essayer de le reprendre. J’ai tenté il y a deux semaines, mais j’ai abandonné, le livre m’ennuyait… J’avais vécu le même échec avec Extension du domaine de la lutte et la Possibilité d’une île… Allez, je nous redonne une chance !

    • si tu n’as jamais réussi à lire Houellebecq, ce n’est pas la peine de te torturer !

  14. […] ma très belle rencontre avec Jed Martin, j’ai eu envie de me plonger à nouveau dans l’univers Houellebecquien… […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: