Les particules élémentaires, Michel Houellebecq

Après ma très belle rencontre avec Jed Martin, j’ai eu envie de me plonger à nouveau dans l’univers Houellebecquien… J’aurai pu choisir n’importe lequel. Allez savoir pourquoi, j’ai choisi “Les particules élémentaires”. No reason I guess…

(Avant de commencer, je dois dire qu’à nouveau, je trouve qu’il est difficile de parler de ce roman.)

Bruno et Michel sont demi-frères. Michel est biologiste. En mal d’amour et/ou incapable d’aimer, il passera beaucoup de temps au Monoprix.

Bruno est prof de français, cherchant l’amour et/ou le sexe à chaque coin de rue, il ira pendant ses vacances d’été dans un camping New Age.

Deux frères à la recherche du bonheur ? Pas sûr… Deux frères qui se sont rencontrés adolescents, deux frères abandonnés par leur mère hippie, deux frères à l’enfance pas très heureuse donc.

Michel Houellebecq profite de ces deux êtres intelligents, ayant réussi professionnellement mais n’ayant jamais été doué pour la vie sociale (Michel passera à côté du grand amour, Annabelle, très jolie jeune fille/femme au destin tragique ; Bruno se masturbe à tout va et dépense sans compter pour une fellation, avant de rencontrer peut-être le bonheur, une femme qui aura un destin tragique…), pour brosser un portrait assez noir de la société.

Ça ne m’étonne pas tellement, je l’avoue. Roman écrit dans les années 90, on remonte jusque dans les années 50, époque où Michel et Bruno ont vu le jour, pour terminer en 2030 et bien des années plus tard encore dans les deux dernières pages.

La force de l’auteur, c’est de dresser un historique du passé hyper proche, de critiquer complètement la société dans laquelle on vit et la manière dont on évolue. La force de Houellebecq, c’est, comme dans “La carte et le territoire”, de commencer son roman aujourd’hui et de le finir à une époque où on sera probablement encore en vie et où l’on pourra peut-être se dire “tiens, il avait raison”. Et si c’est le cas, ça ne sera pas très gai…

“Les particules élémentaires” est un très bon roman. Un essai philosophique, un essai sur notre société occidentale. “Les particules élémentaires” est certes une fiction mais on a vraiment l’impression de lire un documentaire, avec comme fil conducteur quelques personnages fictifs qui ne sont finalement que des destins et des bouches à travers lesquels Michel Houellebecq nous dit tout ce qu’il constate dans ce monde où nous vivons. En cela, “Les particules élémentaires” est un excellent roman. Pas si facile à lire. Je pense que j’ai réellement intégré la moitié (et encore) des idées citées ici. Ne parlons pas des parties concernant la biologie (il y en a peu mais il y en a).

J’ai compris le message principal ceci dit. Il fait peur. Parce qu’il semble juste.

Je conçois totalement qu’on n’aime pas Houellebecq, pour ce qu’il est, ce qu’il représente, ce qu’il dit. Mais je suis entièrement d’accord avec le fait que c’est un grand écrivain de notre époque.

Published in: on 07/12/2010 at 6:45 AM  Comments (15)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/12/07/les-particules-elementaires-michel-houellebecq/trackback/

RSS feed for comments on this post.

15 CommentsLeave a comment

  1. Je l’avais noté suite à la rencontre du club lecture de ma médiathèque où les participantes étaient nombreuses à avoir été “écœurées” par cette lecture au point de ne plus jamais lire cet auteur😉 Du coup, forcément, j’ai été curieuse de savoir pourquoi😉 mdr !

    • J’ai souvent entendu ça mais maintenant que je l’ai lu, je me demande pourquoi cet ecoeurement ? Ok il y a des scènes difficiles et il y a pas mal de sexe et c’est pessimiste comme bouquin mais écoeurée, non, pas du tout !

  2. J’avais détesté ce roman, beurk ! Oui, je sais, c’est un commentaire constructif ;-P

    • Bon alors réponse qui va amener de la construction !😉 : pourquoi ??

  3. Suite aux très bons échos pour son dernier roman et malgré mes a priori, je pensais me lancer un jour à la découverte de cet auteur. Lequel me conseillerais-tu entre les deux que tu as lu?

    • J’en ai lu un troisième il y a quelques années, “la possibilité d’une île”. Houellebecq disait à la radio que le meilleur moyen de découvrir son oeuvre était de le faire par ordre chronologique de parution. Il n’a pas tort. Mais entre les deux, tu peux tout à fait commencer par la carte et le territoire. Si ça te plait, il ne faudra juste pas être trop choqué par l’importance du sexe dans ses autres romans !

  4. Rien contre Houellebecq, j’ai beaucoup aimé “La carte et le territoire”, mais peu de souvenirs de celui-ci. Je n’avais pas vraiment accroché, mais peut-être étais-je un peu jeune quand je l’ai lu? Je pense qu’il faut un tout petit peu de maturité pour cet auteur.

    • Oui, je suis bien d’accord avec toi pour la maturité ! J’ai lu “la possibilité d’une île” il y a seulement trois ans et je pense être passé à côté de beaucoup de choses !

  5. Je suis très contente de lire ton billet, Emeraude, car après “La carte et le territoire”, je me demandais justement si je ne devais pas essayer de découvrir cet auteur (que j’avais fui jusqu’à présent), enfin au moins ce titre-là.

    • Et pourquoi particulièrement ce titre là ? Tu as aimé il me semble la carte et le territoire, je pense qu’en effet, c’est bien d’en lire au moins un autre mais j’ai comme l’impression que peu importe lequel en fait…

  6. Non, pas “peu importe lequel”, parce que le tourisme sexuel en Thaïlande, par exemple, très peu pour moi. Je pensais aux “Particules élémentaires” parce qu’il me semblait l’avoir repéré comme étant celui pouvant le mieux me convenir, thématiquement parlant, sachant que je ne vais pas passer d’un refus absolu de lire Houellebecq (motivé par ce que j’en avais entendu et j’avais pressenti que ça ne me plairait pas à moi non plus) à une soudaine volonté de découvrir toute son oeuvre.

  7. Encore jamais lu cet auteur, mais toujours pas d’appel… Il faudrait pourtant, ne serait-ce que pour le placer dans un dîner mondain ;-))

    • Ah oui, pour les dîners mondains, c’est un indispensable !😉

  8. bonjour sophie, je découvre ton blog, je suis fan de Houellebecq depuis son premier roman(par contre je ne connais pas ses poèmes), je suis ravie de trouver dans l’étrange blogosphère quelques rares billets positifs sur lui, je regrette tellement qu’on le confonde sans cesse avec ses personnages, ou qu’on prenne au pied de la lettre ses déclarations, surtout quand je devine que les commentateurs ne connaissent absolument pas son oeuvre!qu’on le lise et qu’on en parle après!

    • Bonjour !
      Je suis ravie également de voir que nous sommes plusieurs à pouvoir différencier l’écrivain de ses livres. Sa personnalité médiatique empêche beaucoup de gens de le lire et c’est vrai que c’est bien dommage !🙂


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: