Echo, Ingrid Desjours

Klaus et Lukas Vaillant sont jumeaux et animateurs d’une émission télé les plus en vue. Beaux comme des dieux, inséparables, ils sont des stars du petit écran, connus pour être méchants et prendre un malin plaisir à faire tomber leurs invités. Quand ils sont retrouvés morts dans leur appartement, affreusement mis en scène, les suspects sont donc très nombreux…

Patrick Vivier, commandant, est sur l’enquête. Il a cependant besoin d’une aide extérieure en la personne de Garance, psychologue qui fait du “consulting” de temps à autre pour la police.

J’ai lu ce polar car j’en avais entendu le plus grand bien ici.

J’avoue donc avoir été très déçue ! Même s’il est vrai que pour un premier roman, c’est remarquable. La pirouette finale ne m’avait absolument pas effleuré l’esprit et malgré tous les défauts que j’ai trouvé à cet “Echo”, il se laisse lire sans déplaisir.

Mais quels défauts alors ?

Premièrement, il me semble que le personnage de Garance n’est pas vraiment crédible. Ou en tout cas, il es tellement fouillé qu’il en devient brouillon. Dans les premières pages, Garance est une femme fatale, hyper intelligente, capable de déstabiliser n’importe qui, capable d’endosser n’importe quel rôle. Une femme qui fait hyper attention à sa ligne et qui ne laisse jamais dormir ses amants dans son lit. Femme libérée, hyper intelligente… Bref, elle paraît être le prototype du fantasme non pas masculin mais féminin… Elle est la femme qu’on rêverait toutes d’être. En ça, elle n’est pas crédible. Surtout qu’au milieu du roman elle se gave de Nutella parce qu’elle en a besoin… Ça, oui, on l’a toute fait. Mais j’ai trouvé que les défauts de Garance ont été amené de manière un peu maladroite…

Ensuite, le polar en lui-même est en effet très bavard. On lit des tartines et des tartines sur la psychologie du tueur, grâce à des comptes-rendus et e-mails écrit par Garance. C’est beaucoup trop académique à mon goût.

Et puis c’est tout bête mais ce polar se passe à Paris, en majeur partie, mais j’avais la nette impression de lire un polar américain ! En effet, Garance, même si elle prétend le contraire est une “profileuse”. Et c’est elle qui mène l’enquête, pas le commandant Vivier. En soi ça pourrait être très bien mais il y a quelques petits détails, comme le fait qu’on ne sache jamais dans quel arrondissement est le commissariat, où habite Garance etc… qui m’ont manqué. Car dans la plupart des polars, il y a toujours énormément de détails de ce style. Parfois trop, c’est vrai. Mais pour le coup, ici, ça manque vraiment ! Les deux ou trois fois où j’ai vu Garance prendre son taxi sur les Grands boulevards je me suis dit “ah oui c’est vrai, on est à Paris”.

Enfin, entre les aventures de Garance et Patrick, nous lisons le journal d’un enfant, torturé et traumatisé par ses frères. Heureusement que la fin n’a rien à voir avec ce gros poisson qui est visible dès les premières pages. Toujours est-il que même si des hommes me disent le contraire, je trouve ça improbable qu’un garçon tienne un journal !!!

Bref, voilà les défauts que j’ai trouvé à ce premier roman qui font que je n’ai pas vraiment aimé.

Mais il est vrai que je l’ai lu jusqu’au bout, que j’ai été très étonnée de l’identité du coupable et que j’aurai pu m’attacher au couple Garance-Patrick. (Si ça n’a pas été le cas c’est que j’ai été hautement agacée par Garance. Et je pense que Patrick pourrait la rendre plus aimable). Je sais qu’il y a un deuxième tome écrit, je pense que ça serait sympa que les deux personnages évoluent l’un avec l’autre.

Et puis j’ai lu quelque part un jour que quand on parle des personnages comme s’ils existaient, c’est que l’auteur a réussi son coup. J’imagine donc qu’Ingrid Desjours a quand même plutôt réussi son premier roman !🙂

(Sauf une phrase qui m’a choquée : “Patrick a toujours eu un faible pour les femmes intelligentes”. Suis-je seule à trouver cette phrase vraiment très con ???)

Les avis de Richard et de Pierre Faverolle sur Potens, le deuxième tome. L’avis très élogieux de Lili (que je rejoins sur le côté pervers, glauque et malsain du polar!).

Published in: on 13/12/2010 at 6:38 AM  Comments (6)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/12/13/echo-ingrid-desjours/trackback/

RSS feed for comments on this post.

6 CommentsLeave a comment

  1. Je l’avais noté mais, malgré ton avis peu enthousiaste, je pense le garder sur ma liste car je comptais, au mieux, l’emprunter à la biblio !

    • Il faut le garder sur sa liste en effet. Je suis un peu méchante, c’est vrai, mais ça reste un premier roman prometteur !

  2. j’adore la citation barrée…:))) je passe mon tour!

    • j’ai pas pu m’en empêcher… !

  3. Des jumeaux prénommés Klaus et Lukas ??
    Cela commence comme la trilogie d’Agota Kristof (“Le grand cahier”, etc) !!

    • En fait ce ne sont pas leur vrai nom. C est un nom de scène, leurs vrais prénom c est Clément et… Bah je sais deja plus pour le 2ème!!


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: