Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, Stig Dagerman

Ce court texte a été écrit en 1952 par cet auteur suédois alors très connu.

J’ai toujours entendu parler de ce titre, un format tellement petit qu’on a du mal à le trouver quand on le cherche. J’avais déjà essayé de le lire mais allez-savoir pourquoi, au bout de trois lignes je me suis dit que ça m’ennuyait (trois lignes sur 20 pages, ça équivaut à 10 pages sur 300 ;-))

Cette fois-ci, je l’ai lu carrément deux fois.

Parce que, bien que entièrement subjectif, c’est un texte assez philosophique sur la vie, sur les consolations que nous autres les hommes avons à vivre, et à mourir.
Stig Dagerman s’est suicidé et quand on lit ce qu’il écrit, on comprend pourquoi !

Je ne pourrais pas résumer ce texte. Si j’essayais je dirai que l’auteur nous montre en quoi l’homme n’est pas libre, en quoi l’homme a beau trouver une consolation à vivre ou une consolation à mourir, en fonction de chacun, il y aura toujours quelque chose pour empêcher notre bonheur… Surtout pour lui qui n’est ni athée, ni croyant ni rien du tout… Il ne croit qu’en ce qu’il ressent, si j’ai bien compris. Il ne croit pas en Dieu donc et ne peut s’en consoler, il ne croit pas qu’il ne croit pas donc ne peut pas non plus se rattacher à cette non-croyance… Il croit seulement qu’il est malheureux et que son devoir d’écrivain est de montrer au monde cette réalité. Sauf que même son devoir d’écrivain n’est plus satisfaisant…

Bref, je résume à ma manière, en fonction de ce que j’ai compris. Je ne pense pas qu’il y ait plusieurs niveaux de lecture à ce court texte hyper pessimiste, mais j’imagine que d’autres que moi comprendront ou retiendront peut-être autre chose…

J’avoue que tout ça m’a quand même intriguée et que j’ai déjà entamé “Un automne allemand”, du même auteur donc, avec beaucoup plus de pages!😉

Le texte est disponible en ligne ici, (mais vous pouvez aussi aller dépenser 4euros chez votre libraire préféré! ;-))

Lu, bien sûr, pour le challenge Nécrophile.

Catégorie : auteur qui s’est suicidé ET auteur mort avant 35 ans (il avait 31 ans si j’ai bien compté). Et est ce que le fait qu’il se soit enfermé dans sa voiture et ait laissé le moteur tourner compte pour auteur mort dans des circonstances particulières ???😉

Published in: on 20/12/2010 at 8:15 PM  Comments (12)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2010/12/20/notre-besoin-de-consolation-est-impossible-a-rassasier-stig-dagerman/trackback/

RSS feed for comments on this post.

12 CommentsLeave a comment

  1. Traumatisme avec ce texte que Les têtes raides reprennent en chanson, enfin en récitation, et en concert, c’est assez atroce!

    • traumatisme, carrément ?

  2. Dis-donc, “C’est de l’eau” va parfaitement, pour ton challenge ! ,)

    • ah oui tiens, c’est une bonne idée… En même temps, le but du challenge n’est pas d’avoir envie de se suicider ;-))

  3. Il y a des gens incapables d’être heureux et qui se posent bien trop de questions … je crois que cet auteur en faisait partie😉

    • Maintenant que j’ai lu “un automne allemand”, que je ne chroniquerai probablement pas, je comprends pourquoi aussi… A 23 ans, il a visité l’allemagne, en 1946, c’était suffisamment horrible pour ne pas voir la vie en rose même des années plus tard…

  4. Un texte époustouflant, qui annonce ka fin tragique de Dagerman. Et pour ma part, j’aime beaucoup la version musicale des Têtes Raides, qui jouaient en intégralité le texte sur scène (20 minutes !)

    • je ne connais pas la version des têtes raides et j’avoue que la lecture 2 fois de suite de ce texte me suffit pour l’instant !🙂

  5. On m’a collé ce texte entre les mains, cet été, sur le thème : “Comment ?! Tu ne l’as pas lu ?! Impossible !!”
    J’ai dû aussi m’y reprendre à deux fois, dont une à voix haute, dans un moment de solitude. Mais il y avait du soleil et ça n’allait pas dans l’ambiance… C’est un texte magnifique, alambiqué, mais qui reste longtemps après qu’on l’ait refermé. J’avoue ne pas avoir tenté de le “chroniquer”, bravo pour l’exploit !

    • j’avoue que je l’ai lu, et chroniqué, grâce et pour le challenge nécrophile. Je l’aurai sûrement lu un jour ou l’autre mais je n’aurai peut être pas été tentée de le chroniquer… d’ailleurs j’ai lu “un automne allemand” juste après et tu vois, je ne l’ai pas chroniqué…

      • Bon, en fait, je me lance…

      • euh… bon courage ? 😉


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: