Donne-moi le monde, Lloyd Jones

C’est l’histoire d’une femme, noire, à qui on a enlevé son nouveau-né. Elle part de son pays, quelque part en Afrique où elle a travaillé longtemps dans un hôtel 4*, et elle se rend à Berlin, par tous les moyens, pour retrouver son fils.

Narré au travers des récits de différents personnages qui ont croisé sa route (sa compagne de chambre à l’hôtel, un auto-stoppeur en Italie, une collectionneuse d’escargots, des chasseurs qui l’aideront à passer la frontière, le vieil homme aveugle pour qui elle travaillait à Berlin… et j’en passe!), “Donne-moi le monde” est un roman qui m’a donné une impression étrange…

Tout au long de ces différents récits, qui nous donnent à voir la vie de chacun, des tranches de vies qui n’ont donc rien à voir les unes avec les autres, je me disais “c’est intéressant mais où va-t-on ? Et pourquoi je ne peux m’empêcher de tourner les pages ?”

Voilà exactement ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman : un truc, que je n’arrive toujours pas à nommer, qui me faisait tourner les pages alors que je trouvais ça un peu lent, au final. Cette femme noire est le fil conducteur, elle est là dans le récit de chacun. La vision de tous ces hommes et femmes qui ont partagé un bout de chemin avec elle, Inès, apprendra-t-on au milieu du roman, est un condensé de notre monde. De ce que les gens peuvent faire ou ne pas faire, peuvent sentir ou ne pas sentir au vu de la détresse d’autrui. Il y a ceux qui l’aideront sans savoir pourquoi et sans rien demander en retour. Il y a ceux qui l’aideront contre quelque chose. Il y a Inès surtout qui donnera tout pour arriver à Berlin et retrouver son fils. Il y a son silence, le fait qu’elle ne parle pas italien et qu’elle parle un anglais “d’hôtel 4*”.

Et puis au tiers du roman, c’est au tour d’Inès de prendre la parole. Elle nous racontera son parcours depuis le début et on comprendra alors bien des choses sur ces personnes qui ont pris la parole.

Il y a ceux qui ont menti pour se protéger. Et il y a ceux qui ont menti pour la protéger elle.

Contrairement à d’habitude, j’écris ce billet plus d’une semaine après avoir terminé ce roman. Si j’avais écrit ce billet à chaud, je crois que j’aurai écrit “j’ai aimé mais je ne saurai dire pourquoi.” En effet, je tournais les pages et je continuais ma lecture en me demandant sans cesse ce qui me faisait avancer.

Et maintenant que j’écris ce billet à froid donc, je me rends compte à quel point ce roman est une juste vision de tous ces gens qui forment notre société aujourd’hui. Nous avons des gentils et des méchants, nous avons de l’amour et de la haine, nous avons l’appât du gain, nous avons des riches et des pauvres, nous avons des jeunes et des vieux, nous avons des hommes et des femmes. Nous avons l’Afrique, les hôtels 4* de là-bas, nous avons des routes et des petits villages en Italie, nous avons Berlin, nous avons des Roms, nous avons des hommes amoureux…

Nous avons tout ce qui fait notre monde. Et nous avons surtout un beau roman qui nous dit que rien, ni personne n’est tout noir ou tout blanc. Tous ces personnages, d’Inès jusqu’à la mère adoptive de son fils, en passant par l’inspecteur de police, ils sont (nous sommes) tous dans des nuances de gris.

Published in: on 02/02/2011 at 6:31 AM  Comments (7)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/02/02/donne-moi-le-monde-lloyd-jones/trackback/

RSS feed for comments on this post.

7 CommentsLeave a comment

  1. J’ai The book of fame de cet auteur dans ma PAL (enfin plutôt celle de Monsieur vu que c’est à propos de l’équipe de rugby de Nouvelle Zélande) mais je trouve ton billet très beau et tu me donnes très envie de me pencher sur ce livre ou sur Mister Pip.

    • Eh bien merci beaucoup ! C’est sûrement que c’est un très beau roman🙂

  2. C’est galère de rédiger un billet quand on n’arrive pas à définir pourquoi on a aimé un livre mais tu t’en es très bien sortie🙂

    • merci beaucoup Joëlle, ça fait plaisir!🙂

  3. Je trouvais que la couverture me rappellait celle de Mr. Pip aussi. Je note.

    • oui c’est vrai que l’idée est la même🙂

  4. J’ai trouvé ce livre remarquable. D’une finesse et d’une justesse du propos qui nous insite à lire le texte j’usque qu’à la fin. Un livre plein d’espoir en ce monde si troublé.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: