La plage des noyés, Domingo Villar

En Galicie, près du petit port de Panxon, un homme est retrouvé mort sur une plage, noyé, les mains liées. Les premières impressions sont celles d’un suicide mais sa soeur est persuadée que c’est impossible et le commissaire Caldas est porté à la croire. Il mène alors l’enquête avec son adjoint Rafaël Estevez, un Aragonais qui a bien du mal avec les coutumes du village et avec la météo galicienne.

Ce polar est le coup de coeur d’une de mes collègues dont, il est vrai, je ne partage pas souvent les goûts. Le billet de Ys m’a tenté et la curiosité a donc pris le dessus. Entre les dires de ma collègue et le billet de Ys, je m’attendais à quelque chose de vraiment original, soit dans l’enquête, soit dans l’écriture, soit dans les personnages… “On sort des sentiers battus” m’avait dit ma collègue qui lit énormément de polars.

Vous l’aurez peut être compris, j’ai été très déçue. D’ailleurs j’avoue avoir lu la deuxième moitié complètement en diagonale, afin de savoir si les révélations allaient être l’originalité que j’attendais.

Ce n’est pas un mauvais polar en soi, c’est clair. Les personnages sont plutôt bien campés, notamment l’adjoint du commissaire. Les relations du commissaire avec son père et avec son ex-femme (enfin celle que j’imagine être son ex-femme parce que j’ai été un peu perdue à chaque fois qu’on parlait d’Alba, mais comme le dit justement Ys, ceci est la deuxième enquête du commissaire Caldas mais la première traduite, nous manquons peut être d’informations quant à sa vie privée!) sont bien définies et amène beaucoup d’humanité à un côté assez glauque.

En effet il pleut souvent, on sent que c’est gris. On a beau être en Espagne, on se croirait en Islande dans la brume d’Erlendur… Peut-être est-ce aussi la raison pour laquelle je n’ai pas trouvé ce roman si original ? De plus, les villageois parlent peu et pensent tous que c’est un fantôme qui a fait le coup (pour résumer en gros), et cet aspect m’a beaucoup trop rappelé la dernière enquête du commissaire Adamsberg

J’ai donc trouvé ce polar assez lent et je n’y ai pas du tout trouvé l’originalité que j’attendais.

L’ambiance est pourtant bien retranscrite. Et si j’ai trouvé l’enquête basique dans son avancée et dans sa résolution, elle est effectivement pleine de sens. La seule originalité vient peut être du fait que le commissaire participe à une émission de radio, qu’il en est presque une star locale. Mais ça m’a agacée aussi, nous avons quand même le droit à deux ou trois retransmissions par écrit, dans les détails, et ça n’apporte rien à l’enquête. C’est peut-être important pour mettre le personnage en place, qu’on apprenne à le connaître, surtout s’il y a des suites. Mais s’il d’autres traductions sont à venir, je ne pense pas me jeter dessus…

En fait je crois que les ambiances ‘lentes’ ne sont tout simplement pas faites pour moi ! Dommage…

Traduit de l’espagnol par Dominique Lepreux

 

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/07/17/la-plage-des-noyes-domingo-villar/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 CommentsLeave a comment

  1. Je n’avais pas précisé dans mon billet que c’était lent ? J’ai eu tort dans ce cas car ça l’est en effet. Ce qui est original à mes yeux c’est la façon dont est présentée l’Espagne, c’est l’accent mis sur les marins et la vie des petites gens avec leur culture, leurs coutumes. Ce qui l’est moins mais contribue à la réussite du roman : le commissaire taciturne et taiseux, la “rivalité” de caractères avec son collègue, et le côté policier à l’ancienne, vieilles méthodes, on ne s’agite pas trop, on se presse encore moins : on écoute. Pour ma part, je lirai certainement les autres s’il y en a.

    • J’ai pourtant relu ton billet juste après avoir écrit le mien et en tout cas, ça ne m’a pas marqué si tu as précisé que c’était lent ! Dans l’absolu c’est sûr que c’est un bon roman justement parce qu’il met l’accent sur des cultures particulières, mais étrangement, j’ai l’impression d’avoir déjà lu ça plus d’une fois (sans forcément que ce soit les marins d’Espagne)…


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: