Brève histoire du monde, Ernst Gombrich

N’étant pas spécialement férue d’histoire mais m’y intéressant tout de même un peu, je m’étais souvent dit qu’un jour, je lirai la “Brève histoire du monde” de Gombrich. Je ne connaissais pas ses écrits, si ce n’est de réputation. Je savais que ses écrits sont relativement subjectifs (surtout son Histoire de l’art, mondialement connue).

Le jour où je lirai Gombrich étant donc enfin arrivé, j’ai ouvert son histoire du monde ma foi avec un oeil un tout petit peu critique, mais en toute confiance.

Gombrich a écrit cette histoire pour des jeunes écoliers, il tutoie donc le lecteur, rappelle souvent des épisodes passés (ce qui n’est pas plus mal même pour des lecteurs moins jeunes!), et moralise beaucoup, je trouve. Heureusement que l’édition que j’avais entre les mains est une édition revue. Dès le deuxième chapitre d’ailleurs, il y a tout un paragraphe entre parenthèse où l’auteur revient sur une erreur de “jugement” si je puis dire, par rapport à nos connaissances sur l’homme de Néandertal.

Le tout dernier chapitre a également été ajouté, comme “le petit bout d’histoire du monde que j’ai moi-même vécu”. Il revient donc sur certaines choses qu’il avait pu dire, des erreurs de jugement encore. Et je dirai “tant mieux” parce que bien souvent, Ernst Gombrich nous dit “ce qu’ils ont fait étaient tellement horrible que je préfère ne pas en parler”. Ce qui m’a vraiment choquée. Certes, il s’adresse à des jeunes lecteurs et ne voulait peut-être pas heurter leur sensibilité mais pourquoi écrire une histoire du monde si on ne relate pas des faits peut être atroces mais qu’il est important de ne pas oublier ? Heureusement qu’il se reprend donc dans ce dernier chapitre, parlant évidemment de la seconde guerre mondiale et de ses atrocités, qu’il ne faut pas oublier…

En bref, c’est une histoire du monde intéressante qui rappelle des grands faits historiques, des grands flux migratoires, des grandes périodes de l’histoire, peu de dates, beaucoup de personnages. Une histoire du monde qui fait surtout des aperçus en Chine, Inde, et aux Etats-Unis. Si on veut en savoir plus, mieux vaut l’histoire l’histoire de ses pays.

J’ai tout de même appris quelques petites choses, j’ai eu envie d’en approfondir d’autres. J’ai surtout eu le sentiment de réviser, ce qui n’est pas plus mal. Même si je me serai bien passé de l’aspect moralisateur et des dessins qui, bien qu’aérant physiquement le texte, n’apporte pas grand chose à mon goût.

Les avis de Praline (plus conquise que moi), Sekonda (avec qui je suis plutôt d’accord) et la Souris des archives (qui explique bien le but de cet ouvrage)

Ah et Ersnt Gombrich est mort en 2001, cette lecture compte donc pour le challenge nécrophile de Fashion , sans catégorie particulière.

 

Published in: on 31/07/2011 at 6:34 PM  Leave a Comment  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/07/31/breve-histoire-du-monde-ernst-gombrich/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: