Impardonnables, Philippe Djian

La semaine dernière, je vous parlais du film d’André Téchiné, “Impardonnables”, adaptation du roman homonyme de Djian.

J’ai donc lu le roman, après avoir vu le film. Cet exercice n’est pas toujours judicieux. Non seulement on est souvent déçu, mais il est très difficile de lire un livre sans avoir les images du film qui se déroulent sous nos yeux. Dans le sens inverse, on est également souvent déçu que le cinéaste ait coupé ou changé tel ou tel passage…

Je vais essayer de faire un billet uniquement sur le roman, et pas un comparatif du livre et du film. Premièrement parce que André Téchiné a fait un réel travail d’adaptation et que vous lister toutes les différences serait bien trop long, et barbant, pour vous ! Et ces différences font que j’ai lu ce roman sans voir les images se dérouler sous mes yeux (je prêtais évidemment les traits des acteurs aux personnages mais c’est tout).

Trêve de blabla :

Alice, actrice réputée, fille de Francis, a disparue. Elle a laissé ses deux filles (des jumelles) au bon soin de leur père, chez leur grand-père, Francis donc, qui vit dans une grande maison dans le pays basque, à la frontière espagnole. Il vit avec sa deuxième femme, Judith, agent immobilier, et vit de nouvelles et d’articles qu’il publie à droite et à gauche. Francis est un romancier qui connait un certain succès mais qui ne peut plus rien écrire, et ne peut plus penser à autre chose qu’à Alice dont personne n’a de nouvelles au fur et à mesure que les jours passent… Précision tout de même importante : Alice et Francis ont vu périr sous leur yeux leur mère/soeur femme/fille dans un terrible accident de voiture plus d’une dizaine d’années auparavant.

Ceci est le point de départ du roman mais il se passe beaucoup d’autres choses. A commencer par le mariage de Francis qui bat de l’aile. Au fait que Francis se rattache autant qu’il le peut à Jérémie, 26 ans et qui sort de prison. Il est le fils d’une “amie” de Francis, lesbienne, détective privée et fumeuse invétérée…

J’ai lu ce roman d’une seule traite, sans pourtant y prendre un réel plaisir. En effet, je crois que je tournais plus les pages pour voir comment se déroulait l’histoire originale (en comparaison avec l’adaptation cinématographique bien sûr), mais je n’ai eu aucune empathie ou sympathie pour aucun des personnages. Je n’ai compris les réactions, les émotions et les pensées d’aucun d’entre eux.

A vrai dire, pour une fois je dirai que ça doit vraiment être du à un gap générationnel entre l’auteur et moi. L’effet s’était également fait ressentir lorsque j’ai lu “Vengeances”. Lu jusqu’au bout mais je suis restée stoïque et même complètement éberluée face aux personnages peints par Philippe Djian. Quelques jours plus tard, je l’ai entendu parler de son livre à la radio et j’ai compris bien plus de choses. Notamment que tous ses romans sont très ancrés dans sa génération.

Je pense donc que si je n’avais pas vu le film au départ, j’aurai tout simplement, et à nouveau, détester ce roman de Philippe Djian (c’est là que je me pose la question de savoir pourquoi j’ai adoré le premier roman que j’ai lu de lui “Incidences”…). Mais, encore une fois, André Téchiné a fait un travail d’adaptation remarquable et lui a bien compris le mal-être de Francis, d’Alice, de Jérémie, de sa mère Anne-Marie, de Judith… Puisque même si je me suis un peu ennuyée sur le coup, avec le recul je trouve que le film est très bon.

Que le jeu des acteurs, les dialogues, les regards, font passer cette idée que certaines personnes ne savent pas comment faire leur métier de parents, de maris, de femmes, d’enfants…

Mais à la lecture, pour moi qui suis bien plus jeune que Djian et qui aie la chance d’avoir vécu dans une famille heureuse (je ne sais pas pourquoi mais je suis persuadée que ça joue dans mon incompréhension de tous ces évènements), tout cela est juste improbable et… stupide. Oui, les réactions des personnages sont pour moi stupides.

Et pourtant, je sais que je n’ai pas fini de lire Philippe Djian. Je sens bien que c’est un auteur contemporain important et que je rate beaucoup de choses en fait…

Les avis de Lily, Thom et Amanda (qui ont lu ce roman évidemment bien avant la sortie du film, les avis sont probablement plus objectifs, en tout cas nettement différent du mien ! Mais en lisant ces quelques billets, je retrouve quand même les sensations que j’ai eu avec le film. Comme quoi, encore une fois, chapeau bas à André Téchiné ! (et aux acteurs bien sûr)).

Published in: on 29/08/2011 at 7:30 AM  Comments (2)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/08/29/impardonnables-philippe-djian/trackback/

RSS feed for comments on this post.

2 CommentsLeave a comment

  1. J’ai lu le livre il y a un an . Vu le film, la semaine dernière. Je suis “entré” sans peine dans les deux univers..

  2. quelqu un peut il me dire pourquoi ce titre?


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: