Le Turquetto, Metin Arditi

“L’homme au gant” est un tableau de Titien exposé au Louvre. La signature “Ticianus” est étrange : en effet, le “T” majuscule n’est pas de la même couleur que le “icianus”. Après des recherches, on aurait également trouvé dans le vernis qui recouvre la toile des traces d’encens, procédé qui n’a jamais été utilisé… Tout porte donc à croire que le tableau ne serait pas de la main même du maître, mais peut-être d’un élève.

Metin Arditi a pris le parti de faire vivre “Le turquetto”, élève prodige de Titien qui lui a donné son surnom. Elie Sorianos est né de parents juifs à  Constantinople, terre musulmane. Jeune il ne pense qu’à dessiner mais sa religion le lui interdit. A la mort de son père, il s’enfuit et embarque pour Venise où, ayant changé d’identité, il sera vite élève de Titien, pour grandir, vieillir et devenir un artiste reconnu et réputé.

Le roman est composé quatre parties : la jeunesse à Constantinople, l’âge mur à Venise, puis retour dans le passé vénitien de ce peintre talentueux qui a signé plusieurs milliers de tableaux que l’on peut contempler dans tout Venise, et enfin, retour à Constantinople.

Cela ne vous étonnera pas, la seule raison qui m’a fait ouvrir ce roman est, évidemment, l’exil à Venise. Venise au XVIè siècle, j’adore. Il y a une ambiance, un état d’esprit, des couleurs, des tableaux, un rythme de vie très particulier… Et l’auteur a réussi à retranscrire une Venise à la Renaissance absolument magnifique. Il parle peu de la ville, montre peu la ville. Par contre, tout l’art vénitien est présent. Et c’est un magnifique tableau qu’il nous offre là.

Mais il n’y a pas que ça. “Le turquetto” est un bijou, et pas seulement un bijou vénitien. Metin Arditi nous parle de religions, de pouvoir, de l’amitié, du pardon, et bien sûr de la puissance de l’art. Sans oublier le départ de ce roman, l’hypothèse de la provenance de cet “homme au gant”…

Je pense que chacun peut trouver son compte dans ce superbe roman : qu’on soit féru de l’histoire de l’art, amoureux de Venise ou tout simplement intéressé par l’histoire des religions. Et puis l’auteur écrit bien, les phrases coulent de source. Les descriptions de tableaux sont telles qu’on a le sentiment de les avoir sous les yeux, d’être éblouis par les simples mots qui décrivent les œuvres si particulières du Turquetto…

Un roman qui se lit et se vit comme on admire un tableau qu’on ne connaissait pas forcément et qui nous prend au corps.

Les billets tout aussi enchantés de Millie, Dédale, Mimipinson et sûrement plein d’autres à venir !

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/08/31/le-turquetto-metin-arditi/trackback/

RSS feed for comments on this post.

15 CommentsLeave a comment

  1. J’ai déjà lu des livres de Metin Arditi qui m’ont enchantée, notamment Loin des bars, mais comme celui-ci est un roman historique, j’attendais d’avoir un ou deux avis… Je peux le noter, je crois !

  2. Tapé trop vite : c’est Loin des bras (sinon, on croirait un livre pour Alcooliques anonymes)😉

    • Je n’avais même pas remarqué cette erreur vois-tu !😉 Ceci dit oui, je pense que tu peux le noter, c’est un très beau roman !

  3. J’en ai justement entendu parler à la télé il y a un ou deux jours … ça pourrait être une lecture intéressante pour le mois de novembre où le thème de mon club lecture est “le roman et l’art”🙂

    • Ah oui c’est parfait pour un tel thème ! Mais je pense qu’il y a beaucoup de romans qui entrent dans ce thème… je pense notamment à “Clara et la pénombre” ou encore le roman de Besson avec le tableau de Hopper sur la couverture (que je n’ai pas lu d’ailleurs…)

  4. Tu me tentes bien, là… Pourtant j’avaIs un souvenr très mitigé de cet auteur dont je n’au lu que La fille des Louganis. Je vais le guetter à la biblio pour voir (sans payer haha !)

    • J’avais lu “la pension marguerite” qu’il me semble avoir aimé sur le coup mais dont je n’ai que très très peu de souvenirs (voire pas du tout pour être honnête !)

  5. En cours de lecture…pas mal du tout j’aime bien

  6. Chouette livre, lu quasiment d’une traite… j’ai apprécié le style de l’auteur et le format atypique du livre que j’ai acheté, aux Editions Actes Sud… A partager et fair passer sans modération…😉

  7. Très bon roman .

  8. Comme tu le dis, un bijou! Il a réussi le tour de force d’écrire un récit chamarré sans en faire des tonnes et en restant très facilement lisible. J’ai adoré!

  9. Très bon livre et fort agréable à lire
    Petite incohérence historique à la page 144 (Tiepolo n’aurait pas pu avoir peint une immense fresque au plafond en 1576 puisqu’il est né en 1696…)

    • Je n’y connais pas grand chose en histoire de l’art… mais je te crois🙂

  10. Bonjour emeraude, quand je pense que je ne l’ai pas encore lu: honte à moi. En général les romans historiques publiés chez Actes sud, sont de bonne tenue. Dommage qu’ils soient si onéreux. Bonne journée.

  11. […] merci, Anne, pour ce livre voyageur, lu aussi par Aproposdelivres, Asphodèle, Claudialucia, Emeraude, Hélène et […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: