1Q84, juillet-septembre, Haruki Murakami

Pour ce 2è volet de la trilogie du célèbre auteur japonais, je ne ferai pas de résumé. Si j’avais lu ces deux romans à la suite, je me serai contenté d’un seul billet. Il est indispensable de lire le premier volume pour comprendre ce qu’il se trame dans le second.

Mon billet sera donc ultra court.

Nous continuons de suivre alternativement Tengo et Aomamé. Petit à petit, les pièces du puzzle se mettent en place, on comprend au fur et à mesure plus de choses, beaucoup de réponses nous sont offertes. L’ambiance est la même : toujours étrange, mystérieuse mais à la fois familière. (petit apparté d’ailleurs, pour un roman japonais je trouve qu’il y a énormément de références culturelles occidentales. Mais comme ce roman tout à fait onirique se réfère sans se cacher au roman de George Orwell, c’est peut être normal. Disons que si nous sommes dépaysés par ce roman, c’est bien plus par son côté “murakamien” que par son côté japonais….).

Il y a également plus de suspens au sens premier du terme dans ce second volume. On connait désormais bien Tengo et Aomamé, on s’est attaché à eux, aux personnages secondaires également et on ne peut s’empêcher de transpirer, ou de sentir son rythme cardiaque s’accélerer au fur et à mesure qu’on tourne les pages.

Une suite donc qui n’en est pas une. C’est un roman découpé en deux, pour moi. Qui pourrait presque se suffire à lui-même. On serait frustré, c’est sûr, mais chacun d’entre nous pourrait imaginer la suite des évènements et croyez moi, les possibilités sont bien nombreuses. Heureusement, l’auteur a bien écrit une trilogie. Malheureusement, il faudra attendre 2012 (et j’ai lu quelque part que ça serait au mois de Mars!!!) pour avoir le fin mot de l’histoire… A moins peut être de lire le japonais…

En bref, tout comme pour le premier opus, Haruki Murakami nous offre un roman onirique, étrange, mystérieux, rempli de métaphores sur le monde d’aujourd’hui (malgré le fait que le roman se déroule en 1984, on a la sensation que tout pourrait se passer en 2011), et qui ne cesse de poser des questions philosophiques…

Traduit du japonais par Hélène Morita

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/09/21/1q84-juillet-septembre-haruki-murakami/trackback/

RSS feed for comments on this post.

10 CommentsLeave a comment

  1. deuxième tome toujours convaincant… y’a plus qu’à attendre ton billet sur le 3ème en mars. Comment ça tu ne lis pas le japonais… shame, shame, shame! ^_^

    • on verra oui, j’espère que d’ici là, ma mémoire ne m’aura pas trop fait défaut🙂

  2. Je ne vais pas mettre la charrue avant les bœufs et donc commencer par le premier (en français, bien entendu!)

    • plus que recommandé, bien sûr😉 (mais il faut avoir la patience d’attendre le 3ème…)

  3. Je ne savais pas qu’il y en aurait un troisième … j’hésitais déjà mais là, du coup, c’est une lecture qui attendra au moins 2012😉

    • eh bien si ça te permet de te décider, tant mieux🙂

  4. Il faudrait d’abord que je découvre cet auteur par un ou deux romans qui traînent dans ma PAL depuis quelque temps…

    • Si tu ne le fais pas, je ne pense pas que ce soit gênant. Mais dans la mesure où tu as des romans de sa plume dans ta PAL, autant en profiter, en effet !🙂

  5. Comme je ne suis pas taraudée par l’impatience… je vais attendre mars prochain, je crois (à moins que ces livres ne me sautent dessus à la bibliothèque, mais comme, pour le moment, je n’y vois pas les nouveautés affluer…).

    • c’est bien d’être patiente, tu as bien de la chance !!


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: