Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Kafka Tamura est un jeune garçon de 15 ans qui décide de s’enfuir de chez lui. Nakata, un vieil homme illettré et “pas intelligent” depuis qu’il a eu un mystérieux accident à l’âge de neuf ans se trouve également sur la route, lui aussi en fuite, en quelques sortes. Tous deux vont vivre des expériences extraordinaires, tous deux vont rencontrer des personnes importantes, tous deux vont vivre un étrange conte initiatique, narré d’un côté par Kafka lui même, de l’autre côté par un narrateur omniscient.

Je crois qu’il est très très difficile de résumer simplement “Kafka sur le rivage”. C’est un très beau récit initiatique. Tous les personnages sont attachants, certains passages sont crus, d’autres difficiles à avaler, ou même à comprendre, le texte est très métaphorique, très onirique, très fantastique, mais l’ensemble fonctionne à merveille.

Et comme dans 1Q84, on a simplement envie de retourner dans l’univers créée par Murakami. Sûrement aussi parce que beaucoup de choses nous échappent, beaucoup de vérités, beaucoup de citations, beaucoup de questions philosophiques, beaucoup de symboles également…

“Kafka sur le rivage” est un roman étonnamment riche, qui se laisse lire comme on se laisserait emporter par les émotions vécues face à un tableau, ou ressenties en entendant certaines musiques. Des émotions fortes, sans qu’on soit pour autant capables d’expliquer pourquoi cela nous emporte. “Kafka sur le rivage” c’est un tableau complexe et magnifique qu’il faut contempler des heures et des heures avant de le comprendre dans sa globalité.

Raison pour laquelle je trouve qu’il est très difficile d’en parler correctement. Alors je vais m’arrêter là. Mais si vous voulez d’autres avis, plus de détails, vous pouvez toujours aller voir chez Tamara, ou encore chez Papillon qui donne en prime tout plein d’autres liens !

Traduit du japonais par Corinne Atlan

Published in: on 04/10/2011 at 6:16 AM  Comments (11)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/10/04/kafka-sur-le-rivage-haruki-murakami/trackback/

RSS feed for comments on this post.

11 CommentsLeave a comment

  1. Je trouve que tu en parles très bien. C’est toujours difficile d’expliquer “pourquoi” quand on parle de Murakami. La magie fonctionne et on n’aime pas connaître les “trucs” du magicien.

    • Merci… ceci dit pour ma part j’ai toujours été trop curieuse pour ne pas avoir envie de connaître les “trucs” ! Mais je suis toujours impressionnée et scotchée comme une gamine par les tours de magie🙂

  2. J’aime bien ta comparaison avec la peinture ou la musique : c’est vrai qu’il ne faut pas chercher à tout comprendre, tout rationaliser, mais se laisser emmener…

    • Et puis dans un texte comme celui là, il y a bien trop de choses cachées, je pense, pour se mettre à chercher à les comprendre je crois !

  3. C’est toujours un peu compliqué d’essayer d’expliquer les atmosphères & les trames un peu tordues de Murakami, mais j’aime beaucoup quand tu dis qu’on y trouve ‘des émotions fortes, sans qu’on soit pour autant capables d’expliquer pourquoi cela nous emporte’. Je garde moi aussi un souvenir très particulier de ‘Kafka sur le rivage’, particulier & fort, & j’ai très hâte de lire ‘1Q84’!

    • en attendant le troisième tome, je pense me replonger bientôt dans l’univers murakamien, il y a quand même un large choix en poche !

  4. Je dois être étanche à la littérature asiatique car je n’ai pas vraiment apprécié cette lecture ! J’en garde un souvenir bizarre, comme si je n’avais pas tout compris😉

    • tu sais moi non plus je ne pense pas avoir tout compris, mais c’est surtout la magie qui se dégage qui m’a transportée… Après la littérature asiatique c’est particulier, ça ne m’étonne pas que tout le monde n’accroche pas🙂

  5. J’avais adoré! Ma lecture remonte déjà à un moment mais j’en garde un excellent souvenir!

  6. Oui, c’est ça, il y a une véritable magie dans ce roman… comme dans l’œuvre entière de Murakami d’ailleurs. Celui-ci est un de mes romans préférés, il est tellement riche, mystérieux, puissant, onirique, mélancolique… ah ! quel talent ! Une source d’or inépuisable. Je suis ra-vie que tu aies aimé !!!

    • Et je n’ai pas fini de découvrir son œuvre, j’espère être aussi emportée à chaque fois !! (à vrai dire mon premier Murakami, la course au mouton sauvage, ne m’avait pas déplu, mais ne m’avait pas autant emportée que les deux derniers que j’ai lu (je dis deux même si j’en ai lu trois mais je compte 1Q84 comme une seule entité!)


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: