Drive, James Sallis

Lire un livre dont on a vu l’adaptation cinématographique quelques temps auparavant me semble toujours être une erreur. Alors pourquoi ai-je lu “Drive” si j’ai vu le film il y a peu ? Simplement parce que j’ai entendu le plus grand bien de l’auteur, que je voulais découvrir, et aussi parce que j’ai apprécié le film et que je suis toujours curieuse de connaître le scénario de départ.

Bien m’en a pris car, si je n’ai pas forcément lu ce livre dans les bonnes conditions (c’est un roman noir qui devrait être lu d’une traite, pas entre 2 biberons ;-)), j’ai tout de même réussi à déceler toutes les qualités de ce roman.

La construction pour commencer. Pendant les premières pages, je n’ai pu m’empêcher de comparer le roman au film et les images de Ryan Gosling s’imposaient à mon cerveau. Pourtant, au bout d’un moment relativement court, le roman a bel et bien pris le dessus. James Sallis nous propose des flash-back de la vie du Chauffeur, et les évènements actuels ne sont pas du tout présentés dans l’ordre chronologique (raison pour laquelle c’est mieux de lire d’une traite, histoire de ne pas être trop perdu par toutes ces allées et venues dans le temps!).

J’ai vraiment aimé connaître la vie du Chauffeur après l’avoir simplement devinée à l’écran.

Et n’oublions pas le style de James Sallis. Un style simple, épuré qui donne tout de suite le ton à la noirceur de cette vie. Ce passage en particulier m’a frappé, comme étant bien représentatif du style de l’auteur : “Il abattit Nino un lundi matin à six heures. La météo annonçait une belle journée, un mercure qui allait grimper jusqu’à vingt-huit degrés, quelques nuages en provenance de l’est, une probabilité de quarante pour cent de pluie dans la semaine”. Tuer quelqu’un est donc aussi important que la météo. Je ne sais pas vous, mais moi je trouve ça simplement génial.

En bref, un très bon roman noir et un auteur à approfondir en lisant les autres titres disponibles ! (Et un film à aller voir si ce n’est déjà fait)

Différents avis, plus étoffés que le mien, sur polarnoir et moisson noire,

Traduit de l’anglais par Isabelle Maillet

Published in: on 10/12/2011 at 6:09 PM  Comments (7)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2011/12/10/drive-james-sallis/trackback/

RSS feed for comments on this post.

7 CommentsLeave a comment

  1. Le ton “décalé” du roman donne vraiment envie de le lire. Le genre policier permet à chaque auteur de faire valoir sa vision du monde à travers les lieux et les personnages qu’il met en scène.

  2. Je ne savais pas que le film était une adaptation. Certains diront qu’aucun livre ne pourra remplacer deux heures de Ryan Gosling…😉

    Je prends note de l’auteur. Merci.

    • Y a Ryan Gosling sur la couverture, ça aide😉

  3. Je trouve que tu lis encore beaucoup et que tu tiens bien régulièrement ton blog, pour quelqu’un qui donne des biberons😉 Bravo !

    • Oui il faut dire que ma fille est en train de faire son adaptation chez la nounou, j’ai du temps pour lire, mais bizarrement, je ne lis quand même pas beaucoup par rapport à avant !

  4. Je ne savais même pas que ce film était tiré d’un roman ! Je note car je ne verrai le film qu’à sa sortie en DVD donc j’arriverai peut-être à lire le roman avant😉

    • ça se lit vite, il n’y a pas de raison que tu n’y arrives pas😉


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: