Les voleurs de Manhattan, Adam Langer

Comme souvent, les éditions Gallmeister nous offre une petite perle…

Ici c’est l’histoire de Ian qui cherche désespérément à publier ses nouvelles… Alors le jour où un homme, celui qu’il surnomme l’Homme Confiant, lui propose un deal qui lui permettra d’obtenir la gloire et l’argent qui va avec, il n’hésite pas très longtemps. Pourtant, le deal va a priori contre sa propre éthique car il s’agit de tromper les gens, les lecteurs, les éditeurs…

Tout cela donne une formidable histoire à rebondissement où l’on retrouve un exemplaire précieux du dit du Genji, une histoire d’amour, des soirées littéraires où tout et tout le monde donne envie de vomir (ou devrais-je dire palahniuker?), des courses poursuites dans Manhattan et puis aussi un livre dans un livre dans un livre.

Tout cela donne une intrigue à suspens, un roman génial où l’on tourne chaque page avec avidité, priant pour que Ian parvienne à ses fins, qu’il trouve enfin l’amour, l’amitié et la reconnaissance de ses pairs.

Tout cela donne un excellent roman qui dénonce fortement le milieu de l’édition, où l’on sourit à chaque référence littéraire (la plupart on ne les voit même pas, d’autres on sait qu’elles sont là est mais on ne les comprend pas. Heureusement qu’il y a tout un glossaire à la fin pour nous expliquer que, comme on le pensait un “cheshire” est bien un sourire en référence au chat dans Alice au Pays des Merveilles!).

En bref, un très bon cru de chez Gallmeister !

Traduit de l’américain par Laura Derajinski

Published in: on 01/02/2012 at 6:55 AM  Comments (14)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2012/02/01/les-voleurs-de-manhattan-adamn-langer/trackback/

RSS feed for comments on this post.

14 CommentsLeave a comment

  1. Je le veux !!!!

  2. Cela me fait un peu penser à “Comment je suis devenu un écrivain célèbre”.

    • moi aussi au début ça m’avait fait pensé à ce titre ! Mais une fois qu’on rentre dedans, ça n’a plus rien à voir !

  3. Ils sont forts pour trouver les pépites chez Gallmeister !

    • oui c’est vrai, ça reste encore et toujours une très bonne maison d’édition !!🙂

  4. je vais sans doute me laisser tenter par celui ci !

  5. Moi aussi, je le veux !!!

  6. […] en dit également du bien ici : Là où les livres sont chez eux, Les chroniques d’Alfred Eibel Share this:TwitterFacebookJ'aimeJ'aime  « […]

  7. J’ai adoré et dévoré “Les voleurs de Manhattan”. C’est vrai qu’on s’attache à Ian et qu’on veut le meilleur pour lui.

  8. Je comprends mieux pourquoi tu m’en avais parlé quand j’avais lu le livre de Steve Hely, avec le même thème de départ ! C’est noté, bien sûr car ton billet est hyper tentant🙂

    • j’espère que ça va te plaire !

  9. Je lis “références” et je note avec empressement. Je ne peux résister aux références!

  10. […] avis de : Yohan, Emeraude Ed. Gallmeister, févr. 2012, 253 p. Classé dans : Littérat. étrangère par Tamara | […]

  11. […] billets de Yohan, Emeraude, Constance. Lire le début du […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: