Van Gogh, Maître de la couleur. Gérard Denizeau

Vous savez désormais maintenant que j’ai une certaine passion pour Vincent Van Gogh. Et à défaut de pouvoir admirer tous ses tableaux en me rendant d’un coup de baguette magique à Amsterdam ou à New-York, je pourrais déjà lire tous les livres le concernant !

Ça tombe bien, en voilà un tout nouveau ! Et si j’ai trouvé la couverture hyper criarde, malgré le fait que ce soit les tableaux les plus connus de Vincent qui sont représentés, j’ai quand même mis mon nez là-dedans. Et j’ai bien fait !

Comment ça se présente ?

En première page d’abord, une photographie de Vincent à 18 ans. Ca, c’est nouveau pour moi. Je ne l’aurai jamais reconnu. En dessous un paragraphe, assez simple, sur ce que veut dire “Van Gogh” dans l’imaginaire collectif, et sur ce qu’on peut dire en deux lignes de son œuvre. J’ai pris cette introduction à la fois comme un avertissement : “attention, ce qu’on va vous expliquer est loin de l’imaginaire collectif”, et à la fois comme une véritable ébauche de ce que pense l’auteur de l’artiste : “ce n’était pas un génie, mais un artiste brillant et un homme intelligent” (cette dernière phrase est mon interprétation de ce que pense l’auteur, mais en l’écrivant je me dis clairement qu’en réalité, c’est ce que je pense moi de l’artiste, maintenant que j’en connais un peu plus sur lui!!)

Avant d’entrer dans le vif du sujet, l’auteur nous livre une biographie condensée de Vincent. Au départ je me suis dit que je n’allais pas la lire, étant donné que tout est encore assez frais dans ma tête. Et puis par souci de clarté, je l’ai quand même parcourue. J’ai tiqué à deux ou trois reprises, la première fois parce que clairement l’auteur émet un jugement sur la santé mentale de Vincent. La deuxième fois parce que j’ai eu le sentiment qu’un évènement très important n’était pas assez mis en avant. Et la troisième fois parce que l’auteur a pris en compte les derniers faits connus de la mort de Van Gogh.

En effet, récemment des chercheurs américains ont démontré qu’il n’était pas avéré que le coup de revolver dans la poitrine soit le fait d’un suicide. Et bien que personne ne pourra désormais l’affirmer, j’ai apprécié le fait que Gérard Denizeau prenne ces nouveaux faits en compte, et accepte ce doute.

Entrons donc maintenant dans le vif du sujet : 45 chefs d’œuvre sont reproduits et commentés.

J’ai beaucoup apprécié les textes accompagnateurs, tous fait à peu près de la même manière : rappel des éléments biographiques concernant le moment et/ou le lieu où la toile a été peinte, interprétation peut-être personnelle mais basé sur des éléments concrets : les couleurs, les lignes, les inspirations… Ainsi qu’une case dit “coup de génie” ou “le détail étonnant” qui portent notre attention sur des éléments discrets mais pourtant très révélateurs du tableau.

J’ai également apprécié la diversité des œuvres représentés.  Sur 45, j’en ai découvert au moins une vingtaine. Il n’y a qu’une seule œuvre que j’aurai aimé voir parmi toutes celles-ci, et dont j’ai eu vent de l’existence grâce à la biographie lue récemment. Cette diversité montre aussi bien la richesse de palette de Vincent Van Gogh, que son évolution, tout comme ses inspirations, que ce soit dans les paysages, dans ses amis ou chez les maîtres impressionnistes ou japonais…

Par contre, je trouve que les reproductions sont atroces. J’ai eu la chance de voir quelques tableaux “en vrai” au musée d’Orsay il n’y a de ça pas si longtemps (entre parenthèse, j’ai vu plein d’œuvres supposées être dans ce musée que je n’ai pas vu la dernière fois que j’y suis allée !!!), et je dois vous dire que les couleurs dans ce bouquin tout d’abord ne reflètent pas du tout la réalité mais sont en plus d’une laideur quasi innommable.

Comme je vous le disais au départ, j’ai failli ne pas mettre mon nez dans ce livre tellement les reproductions sont affreuses !

C’est souvent difficile de juger quand on n’a jamais vu le tableau. Et je sais que c’est un travail difficile. Honnêtement, pour les éditions Larousse et pour 12,90euros je ne m’attendais pas à quelque chose de très fidèle. Mais là, l’autoportrait qui est au musée d’Orsay, dont le bleu tire sur le bleu ciel, a une teinte complètement vert turquoise sur le papier. C’est tout simplement horrible.

Pourtant, je suis contente d’avoir ce livre sur mes étagères. Parce que le fond est riche et facile d’accès. Même si je vous avoue que je n’ai pas tout lu de A à Z. Il y a certains tableaux qui ne me plaisaient pas plus que ça au premier coup d’œil et que je ne connaissais pas du tout, qui attendront que je sois moins fatiguée pour avoir mon attention…

En bref, une lecture enrichissante, bien faite aussi bien pour les amateurs que pour les connaisseurs (mais ceux-là n’accepterons probablement jamais de telles reproductions!!), pour un prix plus qu’abordable. Je dis donc bravo à l’auteur, mais un peu moins à l’éditeur (qui, by the way, a sorti dans la même collection un titre sur Monet)

Published in: on 22/05/2012 at 9:09 PM  Comments (13)  

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2012/05/22/van-gogh-maitre-de-la-couleur-gerard-denizeau/trackback/

RSS feed for comments on this post.

13 CommentsLeave a comment

  1. Je crois que ce qui m’intéresserait dans le livre serait les analyses des tableaux mais s’il faut pour cela regarder des reproductions atroces, ça casse l’ambiance :S

    Pou ce qui est des œuvres exposées dans les musées, il faut prendre en compte des prêts inter-musées donc on peut, effectivement, mal tomber lors d’une visite. Il m’est arrivé de ne pas trouver une seule toile d’un peintre que j’étais venu voir (je parle en général ; je n’ai pas d’exemple particulier qui me revienne en tête mais cela m’est arrivé au moins deux fois) parce que tel musée à l’autre bout du monde consacrait une rétrospective dédié à cet artiste et donc les tableaux lui avaient été prêtés… Pas de bol pour le visiteur habituel !

    Au mois prochain, cher Vincent ?😉

    • PouR ce qui est …

    • Oui je sais que la plupart du temps les oeuvres sont prêtées mais en général il y a une mini reproduction avec le nom de l’expo où l’oeuvre est parti faire un tour… Hors là je n’ai vu qu’une salle Van Gogh où il y avait beaucoup moins de tableaux que la fois précédente où je suis allée au Musée d’Orsay (avant qu’ils ne le refassent donc)… Mais il y avait peut être une autre salle que j’ai ratée ? (c’est possible, j’avais gardé le meilleur pour la fin mais j’avais une petite fille âgée alors de 3 ou 4 mois qui commençaient sérieusement à en avoir marre. Peut être maintenant qu’elle a presque 8 mois, elle tiendra plus longtemps ? ;-))

      • Il n’y a pas une consigne pour petites filles au Musée d’Orsay ?😉 C’était mon musée préféré quand je vivais en région parisienne.

  2. Ah dommage pour les reproductions. Même si sa vie m’intéresse beaucoup, je ne sais pas si je l’achèterais juste pour ça. Au pire, j’emprunterais.

    • comme beaucoup il faut croire. L’éditeur ne cherchait pas à faire des super reproductions, et vu le prix ça ne m’étonne pas !

  3. Comme Flo, j’aurais été intéressée par les commentaires sur les oeuvres, c’est vraiment dommage pour la qualité des reproductions… S’il est à la bibliothèque, je passerai outre cet inconvénient, sinon tant pis. J’espère que tu auras plus de chance avec le prochain livre sur cet artiste.🙂
    Tes avis très complets – celui-ci et celui sur la biographie – sont de bons guides pour savoir vers quels livres se tourner si on s’intéresse à ce peintre.

    • Merci !! Comme c’est plus ou moins mes premiers billets “non fiction”, je ne sais pas si je fais “comme il faut”. Enfin comme à mon habitude je fais juste comme je le sens, mais je suis contente que ça puisse servir !!
      Je ne sais pas s’il y aurait du Van Gogh au programme pour la session prochaine, j’ai prévu une petite virée à Auvers sur Oise un de ces 4, j’en repartirai forcément avec des livres pas dispo partout, mais d’ici à ce que je mette mon nez là bas et que je le lise les bouquins, ça peut bien être à la fin de l’année !

  4. Ta remarque fait plaisir car je râle assez souvent sur la faible qualité des reproductions, et aussi sur les gens qui croient connaitre la peinture en n’ayant vu les oeuvres que sur leur écran d’ordinateur ou dans un bouquin (rien que la taille déjà c’est raté). Pour moi une peinture (ou toute autre oeuvre) ne se ‘vit’ que en face à face. J’essaie de compléter mes rencontres avec les oeuvres dès que j’en ai l’occasion ; elles se déplacent certes mais parfois dans ma ville.
    Le fond de ce livre a l’air bien, sympa de revoir l’enquête sur le décès de Vincent !

    • Oui, c’est vrai, une peinture ne peut se vivre réellement qu’en face à face. D’ailleurs, ça me donne envie de retourner voir des Van Gogh à Orsay😉 (et ailleurs !)

  5. Je pense que ce livre pourrait me plaire. J’aime bien Van Gogh, peut-être pas autant que toi (ma préférence a toujours été vers Renoir) cependant c’est un artiste que je trouve intriguant.
    C’est bien dommage par contre pour la faible qualité des reproductions. Mais bon, je me dis que parfois, ça peut pousser un non inité à avoir envie d’en savoir plus, d’en voir plus et peut-être de se rendre au musée. C’est déjà ça!

    • Le problème des reproductions c’est qu’il faut l’avoir vu en vrai, pour savoir qu’elles ne sont pas bonnes… Si quelqu’un lit ce livre et l’aime, sans avoir jamais vu de peinture de Vincent en vrai, il ne se dira probablement pas “les reproductions sont mauvaises, je vais voir ce qu’il en est en vrai”. Par contre le livre en soi, oui, peut donner envie d’aller faire un tour au musée !

  6. pour les couleurs…
    je me contente du réel, ce qui a inspiré V VG !!!!


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: