Le grand guide de Venise, sur les pas de Canaletto et des maîtres vénitiens ; avec Alain Vircondelet

Vous le savez tous, j’aime Venise. A défaut de pouvoir y aller quand ça me chante, je m’y promène à travers les livres.

Jusqu’à présent, j’ai apprécié toutes mes lectures vénitiennes. Vous allez voir que ce n’est pas le cas ici.

A commencer par le titre, mensonger : “et des maîtres vénitiens”. Il y a Canaletto, il y a Guardi, tous les deux à l’honneur à Paris en ce moment. C’est tout. Aucun autre maître vénitien à l’horizon.

Soyons un peu positif : les textes de Vircondelet, un grand spécialiste de Venise, sont merveilleux. On sent ici l’amoureux de Venise, qui, heureusement, n’en fait pas trop. Rien de pompeux dans ces textes et même plutôt beaucoup d’humilité. Les amoureux de Venise sont petits face à la Sérénissime, et elle aura toujours des secrets à nous dévoiler…

Le livre est présenté en 12 promenades. Pour chacune, une œuvre de Caneletto ou Guardi est représentée. Elle est commentée et détaillée. C’est un aspect du livre qui m’a passablement ennuyé, d’ailleurs j’ai vite arrêté de les lire : ce sont de simples descriptions des tableaux qui encensent les peintres (je n’aime pas du tout Canaletto (dont j’ai vu l’expo à Maillol la semaine dernière) et, contrairement à Vircondelet, je suis tout à fait d’accord avec Sollers!*). A côté des tableaux, une photo du même angle de vue aujourd’hui. Ça pourrait être intéressant si la conclusion n’était pas la même à chaque fois : rien n’a changé.

Oui c’est merveilleux que Venise soit la même, quasiment, en 2012 qu’en 1780, mais c’est dommage de le répéter toutes les vingt pages…

Les promenades proposées sont relativement basiques : la place saint-Marc, le grand canal, le Rialto, mais aussi l’île San Giorgo di Maggiore** ou encore l’île San Michele où se trouve le cimetière.

J’ai bien plus apprécié les descriptions de ces endroits merveilleux, quoique parfois un peu trop touristiques et je dois avouer avoir appris un grand nombre de détails, d’anecdotes et de faits divers qui m’ont tout simplement donner envie de sauter dans un avion et de visiter Venise tout doucement…

J’aime cette ville mais je ne suis pas (encore!) une grande connaisseuse et c’est bien normal que j’ai appris des choses en lisant ce livre. Et heureusement je dirai, sinon je crois que j’aurai pu mettre ce livre à la poubelle tellement il est maladroit.

C’est bien le mot : maladroit. A la fois guide touristique, livre d’art (concentré sur deux peintres, c’est maigre, même si c’est dû à l’actualité), et promenade au travers des mots de Vircondelet, c’est trop s’éparpiller pour faire quelque chose de correct.

Quand on sait que Eyrolles n’est pas spécialisé en art ou en tourisme, on se demande bien pourquoi ils ont édité ça (et on comprend peut-être mieux les maladresses).

Mes bons points vont sans hésiter à l’introduction et à la conclusion, qui m’ont conforté dans le fait d’aller jeter un œil aux livres de Vircondelet, qui a tout de même une sacrée bibliographie vénitienne à son actif !

En bref : dommage…

*. P.19 “Que dire de lui ? Perspectives parfaites, technique éprouvée, clarté, couleurs nettes, photographies ouillées, belle propagande pour l’espace. On voit un Canaletto, on l’apprécie, on l’oublie”.

** Où j’ai appris un truc extraordinaire : un labyrinthe dédié à Borges y a été construit !!!! C’est évident, je dois aller voir ça, et vite !

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2012/10/04/le-grand-guide-de-venise-sur-les-pas-de-canaletto-et-des-maitres-venitiens-avec-alain-vircondelet/trackback/

RSS feed for comments on this post.

11 CommentsLeave a comment

  1. Un livre certainement sorti pour remplir le gift shop du musée Maillol, non?

    • tout à fait !🙂

  2. Ah, Venise…. Moi non plus, je ne m’en lasse pas…. de l’imaginer depuis ma précédente visite.

    • Viens de lire l’article ecrit plus haut sur mon livre. Le Grand Guide de Venise… Celle qui l’a ecrit n’y va pas de main morte… Le livre heureusement trouve tous les jours ses lecteurs malgre les critiques injustement proferees de cette blogueuse…

  3. Je n’aurais pas été tentée a priori donc ton avis règle définitivement la question.

    • comme ça c’est plus simple !🙂

  4. Tu es déçue, mais tu as trouvé des qualités à ce livre. Je viens de relire le billet, et les commentaires. Ceci étant, si tu peux, visite Venise…

    • mais je connais Venise !! Bien sûr, je n’y suis pas allée assez souvent à mon goût mais il faut du temps et de l’argent pour les vacances… (disons que tout ça l’année passée a été mis dans l’option “élever un enfant”. Mais nous avons bien prévu de faire découvrir Venise à notre fille dès l’été prochain !!

  5. Dommage en effet… Je ne connais pas ces deux peintres et ça m’aurait bien plu de les découvrir par le biais de ce livre (ou de l’expo, mais ça, c’est un autre problème, géographique cette fois), mais ton avis révèle une série de détails qui m’en détournent (à moins que je ne le trouve à la bibliothèque). J’espère que tu auras plus de chance avec ta prochaine lecture vénitienne.

    • Il y a tellement de choix en lectures vénitiennes que toutes les possibilités sont envisageables😉 Ceci dit, ce que je trouve dommage c’est la ligne éditoriale de ce bouquin : ce n’est pas clair et tout est mélangé. Encore une fois, les textes de Vircondelet sont magnifiques

  6. Dommage ! Les photos seules auraient peut-être suffit, si j’en crois la couverture, pour s’amuser à chercher les différences.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: