Marguerite Duras ; La passion suspendue. Entretiens avec Leopoldina Pallotta della Torre

Je connais peu Marguerite Duras mais les deux ou trois livres que j’ai lu m’ont beaucoup plu. J’ai aimé son écriture, son style elliptique… Elle m’a beaucoup touchée et à chaque lecture j’ai voulu approfondir ma connaissance de cette auteure mythique. Pourtant, je ne l’ai jamais fait.

Entendre à la radio parler italien, entendre des extraits de la voix de Marguerite Duras, qui avait un timbre si particulier, entendre parler de la maison de Neauphles-le-Château (banlieue lointaine où Marcus Malte situe l’action de “Les harmoniques”), m’ont donné envie de lire ces entretiens; très bon moyen de faire connaissance avec l’auteure et son œuvre.

Ces entretiens ont eu lieu à la fin des années 1980, mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’on les a découvert, et traduit. Il est précisé dans la note du traducteur que “le fait que L.Pallotta della Torre soit italienne, sa détermination même, son insistance, l’ordre de ses thématiques et sa pensée très structurée empêchaient une certaine complaisance et les dérobades que l’on note dans la plupart des entretiens publiés jusqu’ici“. N’ayant jamais lu aucun entretiens de M.Duras, je n’ai pas de point de comparaison.

Pourtant j’ai aimé justement cette “pensée structurée”. Les entretiens sont composés en treize chapitres, de “l’enfance” aux “années parisiennes”, en passant par “la critique”, “le cinéma”, “le théâtre” et bien sûr “la passion”.

J’ai lu ce livre en ayant vraiment le sentiment de comprendre Marguerite Duras, de comprendre ses livres, de comprendre sa vie, de comprendre ses envies, de comprendre ses “blancs” que je ne connais pas spécialement. J’ai eu le sentiment de l’entendre parler aussi (beau travail du traducteur qui traduit de l’italien des propos originellement tenu en français, chapeau M.René de ceccatty!).

J’ai eu envie de visiter tous ses lieux, j’ai eu envie de lire tous ses livres. J’avoue avoir eu moins envie de voir ses films ! J’ai eu envie de la connaître et de lui parler. Je l’ai sentie vivante à travers ces entretiens.

En bref, une très belle lecture qui permet d’approfondir notre connaissance de Marguerite Duras et qui donne envie de plonger dans son œuvre complète !

PS : je me demande ce que donnerait le livre “La douleur” aujourd’hui… Un livre que j’ai lu et qui ne parle pas de la douleur physique que seule éprouve une femme “sans être anéantie”. Pourtant elle parle de ça à travers ce livre, et bien d’autres : la douleur de mettre un enfant au monde. Que dirait-elle aujourd’hui, à l’heure des péridurales ?
Published in: on 23/01/2013 at 8:36 PM  Comments (18)  
Tags: , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2013/01/23/marguerite-duras-la-passion-suspendue-entretiens-avec-leopoldina-pallotta-della-torre/trackback/

RSS feed for comments on this post.

18 CommentsLeave a comment

  1. Il est dans ma liste. Si tu veux aller plus loin dans la découverte du parcours de l’auteure, je te conseille la bio de Laure Adler.

    PS: j’ai vu “La Douleur” l’année dernière au théâtre, interprété par Dominique Blanc: le texte reste extrêmement puissant et, comme souvent chez Duras, gagne à être entendu.

    • Oui la bio de Laure Adler me fait de l’oeil, en effet ! Et j’imagine ce qu’un texte comme “La douleur” peut donner au théâtre… une expérience à vivre, c’est sûr !

  2. Un livre qui donne envie de visiter et de découvrir, je trouve ça toujours intéressnat (même si un peu frustrant aussi).

    • Pourquoi frustrant ?

  3. Je viens de lire “l’été 80”, recueil de ses chroniques parues en 1980 dans Libération et je suis encore sous le charme. Le livre dont tu parles est aussi très tentant. Je vais attendre avec impatience de le trouver à la médathèque !

    • Il vient tout juste de sortir mais je pense que ta médiathèque l’acquerra d’ici peu !🙂

  4. J’aime beaucoup aussi et j’ai lu et relu la bio de Laure Adler (qui dit d’ailleurs qu’il faut se méfier de ce que dit Duras sur elle parce qu’elle améliore la réalité). Du coup ces entretiens me font envies ..

    • Je note définitivement cette biographie dont tout le monde me parle !

      • En tout cas à relire ton article tu me donnes envie de relire Duras ..🙂

      • et dire que depuis que j’ai lu ces entretiens je n’ai toujours pas (re)lu Duras…

  5. alala! Je passe chez toi et je repars avec une commande Amazon. J’ai acheté à l’instant la bio de Laure Adler et les entretiens La passion suspendue. Comment résister? J’ai hâte de les lire. D’autant plus que je viens de terminer un barrage contre le Pacifique et que je suis sur le point de terminer l’Amant de la Chine du Nord, deux coups de coeur. L’adaptation de l’Amant est devenue mon film préféré! Merci pour ces idées de craquage!

    • aargh et dire que je n’ai toujours pas lu d’autres Duras, ni rien sur elle depuis que j’ai lu ces entretiens !

      • Il faut que tu lises un barrage contre le Pacifique et L’amant! J’adore! Bye

      • Je crois que j’ai déjà lu l’amant, mais il faudrait surtout que je reprenne toute sa bibliographie et que je lise tout dans l’ordre de parution, j’en ai lu quelques uns récemment et je me rends compte que c’est un style assez particulier, surtout les derniers… j’ai besoin de m’imprégner plus de son univers je pense !

  6. Comme je viens de l’écrire chez Flo, je préférerais lire l’œuvre littéraire de cette auteure avant ces entretiens. Comme ce n’est pas prévu prochainement, il en est de même pour ces entretiens, que je note néanmoins grâce à toi.😉 Quels livres d’elle as-tu lus avant ? Tu aurais un conseil à me donner pour débuter ?

    • Je n’en ai pas lu tant que ça (même si je viens un peu de rattraper mon retard en fouillant dans la bibliothèque de ma belle-mère!). Mais je crois que le mieux pour commencer reste un barrage contre le pacifique. Il faudrait quand même peut-être que tu demandes d’autres avis !

  7. Pour son oeuvre (je vois que tu t’interroge) je partitionne entre ce que j’appelle ses “lisibles” et ceux qui demandent un invesztissement. Dans les premiers : “Un barrage contre le Pacifique”, “l’amant”, sont des romans courts qui se lisent facilement et agréablement (et aussi deux bons films, le premier avec l’excellent Isabelle Huppert). Dans les second ce sont des textes déconcertants, l’écriture étant autant le fond que la forme.. Mais j’ai bcp aimé “le ravissement de lol v Stein” notamment. Bref avec Duras : oser et ne pas se décourager🙂

    • J’ai lu quelques titres récemment et je comprends trèèès bien ce que tu veux dire par ‘lisibles’ !!! Je n’ai toujours pas lu le ravissement de LoL V Stein mais j’ai très envie. Encore une fois j’ai envie de découvrir toute son oeuvre, dans l’ordre de parution, pour mieux la saisir justement🙂


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: