Autoportrait de l’auteur en coureur de fond, Haruki Murakami

Ce mois-ci sera ici un mois japonais, et peu importe si ce mois dure 45 ou 123 jours !

Quoi de mieux donc que “l’autobiographie” de Murakami ?

Cet essai, qui est bien comme son nom l’indique un autoportrait, est une espèce d’introspection autour des raisons pour lesquelles Murakami court, qu’est ce que ça lui apporte dans son métier d’écrivain et sa vie de tous les jours.

On pourrait penser que ce cheminement très personnel risque d’être ennuyeux. Eh bien pas le moins du monde ! Je ne saurais expliqué pourquoi… Si ce n’est que j’ai moi-même pratiqué le jogging il y a quelques temps pendant quelques mois (l’hiver a eu raison de moi mais ne soyons pas défaitiste, les cerisiers ont commencé à fleurir, je vais pouvoir prendre à nouveau ma bonne résolution!), et j’ai donc compris le processus, les pensées, les états d’âme, d’esprit et de corps que Murakami pense et ressent lorsqu’il court.

Je crois d’ailleurs que c’est surtout ça qui m’a plu : un auteur japonais m’a permis de me rendre compte à quel point courir pouvait être une activité indispensable au bon fonctionnement de ses nerfs et de son cerveau. Je le savais déjà, courir c’est bon pour la zénitude et c’est bon pour les neurones. Disons que je me suis sentie en adéquation totale avec les propos de Haruki Murakami.

Mais seulement au niveau de la course. La toute dernière partie est consacrée au triathlon, et si j’ai toujours bien aimé faire du vélo et nager, j’avoue que cette partie m’a laissé entièrement de marbre. J’ai trouvé qu’elle était là uniquement pour se prouver à lui-même qu’il pouvait faire tout ce qu’il avait décidé même si ses aptitudes physiques baissent avec l’âge. Les 3/4 du livre sur la course sont emprunt d’une certaine philosophie de vie et je n’ai absolument pas retrouvé cela dans les dernières pages.

Toujours est-il que si vous aimez courir et/ou si vous aimez Murakami, je vous conseille cet essai qui n’en est pas un. Je n’irai pas jusqu’à dire que cela permet de comprendre l’œuvre entière (que je suis loin d’avoir lue!) de l’auteur, mais ça donne de bonnes pistes de réflexion. Ça et bien sûr, une forte envie d’aller fouler les allées fleuries du magnifique parc à côté de chez soi !

The URI to TrackBack this entry is: https://laouleslivressontchezeux.wordpress.com/2013/04/11/autoportrait-de-lauteur-en-coureur-de-fond-haruki-murakami/trackback/

RSS feed for comments on this post.

10 CommentsLeave a comment

  1. Pas tentée par cet auto-portrait.

  2. Je tourne justement autour de ce récit depuis qu’il est sorti, terrassée par un affreux dilemme : j’adore Murakami, mais je déteste tout ce qui touche à l’univers de la course. Et quand tu parles de triathlon, j’en frissonne d’horreur… mais ça reste Murakami alors… (c’est sans fin).
    Pour que je le lise, il faudra vraiment que je tombe nez à nez dessus en bibliothèque !

    • bah ça t’arrivera bien un jour (de tomber nez à nez dessus en bibliothèque !) et ça n’a tellement rien à voir avec ses romans que je ne pense pas que ça soit “grave” que tu ne le lises jamais…

  3. Si ça parle de course, c’est pour moi! J’ai dû arrêter, hélas…

    • pour moi ce n’est pas encore une addiction le jogging, même si au final j’aime bien ça, le fait d’enfiler un jogging et d’y aller est toujours un peu compliqué, surtout l’hiver !

  4. Je l’ai adoré alors que j’ai horreur de courir ;p Parce que Murakami établit toujours plus ou moins un lien entre sa pratique et ce qu’il est en tant qu’être humain (et, accessoirement, écrivain), cela ne m’a pas du tout dérangé (et pas du tout donné envie de chausser des baskets😉 ). Contente que tu aies aimé.

    • oui c’est ce que j’ai aimé : la philosophie de l’homme surtout

  5. J’avais bien aimé aussi et cela m’avait permis de comprendre mieux cet auteur. C’est intéressant ce qu’il dit sur la discipline que lui donne la pratique de la course et qui lui permet, en fait, d’écrire.
    Bonne fin de dimanche.

    • en effet, très intéressant ce texte mais je n’ai pas le sentiment que ça m’a aidé à mieux comprendre l’auteur…

  6. Bonjour, j’avoue qu’il m’est tombé des mains, pas passionnée du tout. Désolé. Bonne fin d’après-midi.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: