Petite flopée de lecture

Un polar : Mr Monster, suite de “Je ne suis pas un serial killer” qui m’avait légèrement déçue pour l’aspect fantastique. Comme c’est une suite, cet aspect est toujours présent, mais beaucoup moins et l’aspect psychologique de notre jeune serial killer est très intéressant… Un troisième tome à paraître un jour, je le lirai !

Aperçu de la rentrée littéraire :

L’attachement de Françoise Noiville chez Stock. Très beau petit roman sur l’attachement donc, histoire d’amour où la différence d’âge et les regards extérieurs n’empêchent pas de vivre et d’aimer.

L’assassin à la pomme verte, de Christophe Carlier chez Serge Safran. Magnifique, subtil, farfelu. Mon premier coup de cœur de la rentrée ! 

 

L’incroyable pèlerinage d’Harold Fryde Rachel Joyce chez XO. Inspiré d’une histoire vraie, un roman touchant sur la vie, l’amour, le mort, la foi, l’envie, le couple, la famille, les petits riens qui font que tout un chacun est unique… Une belle lecture !

Un abandon : “Le sermon sur la chute de Rome” de Jérôme Ferrari chez Actes Sud. Déçue d’avoir abandonné mais les phrases sont trop longues, le tout est un peu trop pompeux… Même si Jérôme Ferrari écrit bien et que les idées qui émanent de ces romans sont très intéressantes… Je le reprendrai peut-être plus tard !

Une découverte absolument géniale dans les livres pour enfants : Un livre de Hervé Tullet chez Bayard Jeunesse. Un livre simple, interactif, drôle, qui apprend aux enfants les chiffres, les couleurs, les assemblages de couleurs et qui fait rire petits et grands !! (bon ma petite à moi ne l’a pas encore testé, elle est trop petite, mais moi j’ai adoré me prendre au jeu et je trouve que cet homme là a vraiment des idées extraordinaires !)

 

David est un jeune garçon de 12 ans vivant à Londres en 1939. Il vit parmi les livres, avec son père et sa mère. Mais sa mère meurt des suites d’une longue maladie. Son père se remarie assez vite avec Rose et de leur union naît le petit Georgie.
Comme on peut se l’imaginer, David est jaloux et aimerait retrouver sa mère. Et c’est lorsqu’il entend sa voix lui demander de l’aide qu’il va se retrouver projeté dans un autre monde…

Je ne pensais pas être aussi enthousiaste pour être franche. Je m’y connais assez peu en contes de fées et ils tiennent ici une place très importante. Mais peu importe qu’on les connaisse ou qu’on sache ce qu’il représente parce que John Connolly a décidé de les revisiter en fonction des angoisses de David.
Et moi qui n’aime pas trop le fantastique, j’ai énormément apprécié ici les différentes créatures que David va devoir affronter pour sortir de ce monde et retrouver le sien.

Le thème central, le passage à l’âge adulte, n’est pas un de mes favori non plus. Et pourtant, j’ai apprécié l’évolution de David.

En fait, j’ai l’impression que l’auteur a pris un sujet quelque peu banal : un garçon qui perd sa mère, une belle-mère qu’il n’aime pas, un garçon qui se réfugie dans les livres… et qui en a fait un livre très original et du coup, très bon.

Le roman est suivi d’une interview de l’auteur qui nous explique le comment du pourquoi et le pourquoi du comment (je trouve cette idée géniale. On s’en lasserait sûrement au fond mais je trouve que tous les romans devraient être suvi d’une interview de l’auteur), le tout suivi par des explications sur chaque conte de fée utilisé et revisité un peu ou beaucoup dans le roman et par leur version la plus connue.
Ce qui est très bien car comme je vous le disais, je ne suis pas une pro des contes de fées et je les connais surtout grâce à Walt Disney !

A lire donc 🙂