La vie qu’on voulait, Pierre Ducrozet

Pour une fois, je viens vous parler d’un livre longtemps après l’avoir lu. Une dois la dernière page tournée, j’avais bien senti que j’avais besoin de laisser mûrir ce roman en moi. Surtout parce que je n’arrivais pas bien à déceler si oui ou non j’avais aimé.

C’est l’histoire de Lou, de Manuel et des trois autres “qui avaient 20 ans en l’an 2000” : la bande des cinq, partie à Berlin vivre sa jeunesse. Dix ans plus tard, Manuel est retrouvé dans le coma sur les berges de la Seine.

“La vie qu’on voulait” est le deuxième roman de Pierre Ducrozet et si je n’ai pas lu le premier, je n’en avais entendu que du bien. Ici j’ai particulièrement aimé l’écriture, assez poétique et en même temps très rythmée. Je n’ai par contre pas du tout accroché à l’histoire. Disons que je ne me suis pas du tout identifiée aux personnages et à leurs péripéties.

J’ai assez vite compris pourquoi : cette jeunesse dépeinte par l’auteur ne correspond pas du tout à la mienne, et leur état d’esprit à 30 ans non plus d’ailleurs (mais c’est bien normal). C’est la principale raison pour laquelle je me suis demandée pendant quelques temps si oui non j’avais aimé. Très peu de choses dans ce roman a fait écho en moi. Pourtant j’ai très envie de continuer à lire Pierre Ducrozet, à commencer par son premier roman “Requiem pour Lola rouge” dont le seul titre annonce un roman emprunt d’amour et de poésie.

Advertisements